Orthographe : plus on est âgé, plus on est bon

DirectLCI
S ou pas S ? - Une étude menée par le projet Voltaire montre que beaucoup de Français ont encore des difficultés avec les règles d’orthographe. Si les femmes s’en sortent mieux que les hommes, ce sont surtout les personnes âgées qui progressent le plus. La preuve avec ce reportage de TF1.

"Je ferai" ou "je ferais" ? "Après qu’il a" ou "Après qu’il ait" ? "Parti" ou "partie" ? Ce sont sans doute les accords qui gênent le plus les Français aujourd’hui.


Dans une étude menée par le Projet Voltaire (ce service en ligne qui existe depuis 2008 et propose une remise à niveau en orthographe) et publiée ce mercredi, le niveau des Français en orthographe qui est passé au crible. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est disparate selon les classes d’âge.

Interro surprise

Si l’on interroge les jeunes, ceux dont le niveau est le plus bas, les écueils sont rencontrés très tôt. Pour des collégiens montpelliérains, interrogés par TF1, le débat est passionné sur le mot "intéresser". Un "r", deux "r", un accent ?

Il faut dire qu’au collège, seules 27 % des règles orthographiques sont maîtrisées. 

Doutes sur le participe passé

Et ce n’est guère mieux au lycée, avec seulement 30 % de maîtrise. Des lycéennes hésitent par exemple sur l’orthographe de l’expression "avoir affaire à quelqu’un". En un ou deux mots ? Le débat est lancé. Même chose sur l’accord du participe passé. Dans la phrase "les fraises que j’ai mangées", vif échange pour savoir si il y a accord ou non. C’est finalement un voisin de table, une personne plus âgée, qui doit venir à leur rescousse. Il y a bien accord.

L’expérience a du bon

Pour beaucoup de grands-parents, les nouvelles technologies et le manque de concentration à l’école sont les causes principales de ces erreurs. "Je pense qu’ils attachent moins d’importance à l’orthographe que d’autres générations. Ils tapent beaucoup sur ordinateur, ils ont les corrections que nous n'avions pas", regrette une grand-mère. 


"Les jeunes vont faire des fautes au niveau scolaire, mais lors qu'ils vont arriver au niveau professionnel, là, ils vont se rendre compte peut-être que l’orthographe est importante et qu’ils ne pourront plus faire de fautes. Et là, ils feront des efforts", pointe du doigt un grand-père.

Les 70-79 ans en pole

Bref, en résumé, l’orthographe est donc davantage maîtrisée au fur et à mesure que l’on grandit. Mais si on s’améliore entre 20 et 30 ans selon l’étude, seuls 52 % des salariés en possèdent finalement une bonne maîtrise. 

En conclusion, le projet Voltaire souligne que les meilleurs résultats à son certificat sont obtenus par les personnes âgées entre 70 et 79 ans. Da façon globale aussi, ce sont les femmes qui connaissent mieux les règles d’orthographe que les hommes (40 % contre 34 %). 

Plus d'articles

Sur le même sujet