Pacte de responsabilité : enfin la clé contre le chômage ?

Pacte de responsabilité : enfin la clé contre le chômage ?

DirectLCI
DECRYPTAGE - François Hollande doit lancer officiellement mardi les chantiers de son pacte de responsabilité. Une bombe lâchée la semaine dernière dans un but qui suscite beaucoup d'espoirs : faire enfin reculer le chômage.

Et si c'était vrai ? En promettant aux entreprises la suppression des 30 milliards de cotisations familiales d'ici à 2017, François Hollande a suscité la semaine dernière un vif espoir : que le chômage recule enfin. Pour créer des emplois, le patronat réclame en effet de longue date une baisse drastique des charges. Avec son "pacte de responsabilité", qu'il doit officiellement lancer mardi, le Président leur a donc dit en substance : "chiche : ce sera donnant-donnant".

Dans la foulée, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, s'est pris à rêver tout haut à 2 millions d'emplois créés dans les cinq ans. Avant d'être nuancé par son collègue du Travail, Michel Sapin, qui estime néanmoins que pour faire reculer le chômage, il faudra "au minimum" créer "un million d'emplois" dans la même période. Les Français, eux, n'osent plus y croire : 73% ne font pas confiance aux entreprises pour créer des emplois en échange (selon un sondage Ifop paru dimanche), même si 54% d'entre eux sont favorables à la mesure (selon un sondage OpinionWay). Et les négociations qui s'annoncent - fin janvier - entre le gouvernement, les syndicats et le patronat, ne devraient pas lever leur pessimisme…

Les syndicats vigilants

Si le Medef a salué l'annonce de François Hollande, estimant qu'elle "va vraiment dans le bon sens", hors de question de s'engager sur un chiffre de créations d'emplois, a prévenu son patron, Pierre Gattaz. Avant le discours du Président, celui-ci se proposait pourtant de créer un million d'emplois dans les cinq ans. Mais c'était en contrepartie de… 100 milliards d'euros d'allègements de charges. "Cela correspond au niveau de compétitivité de l'Allemagne, notre principal concurrent", explique à metronews Thibault Lanxade, vice-président de la principale organisation patronale. Pour les atteindre, le Medef réclame deux choses. Tout d'abord, que les 30 milliards promis par François Hollande s'ajoutent aux 20 milliards de crédits d'impôts déjà engagés dans le CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi). "Si les deux se fondent, ça ne va pas le faire", avertit Thibault Lanxade. Quant aux 50 milliards restant pour faire 100, le Medef les voudrait sous forme d'allègements d'impôts.

De leur côté, les syndicats de salariés veulent s'assurer que la réforme n'aboutisse pas à signer un "chèque en blanc" au patronat . Le gouvernement a bien promis un "observatoire des contreparties", mais sans détailler quels pourraient être ses moyens de pression. Pour la CFDT, la solution est simple : prévoir un allègement progressif des charges. "Si (la mesure) ne produit pas d'embauches (…), la trajectoire est stoppée", préconise son numéro un, Laurent Berger. "Cela ne marchera jamais, prédit d'ores et déjà le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon. Cette politique est appliquée dans pratiquement toute l'Europe et partout c'est la récession." Rendez-vous en 2017...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter