Pagaille à la gare Montparnasse : "Inconcevable et inacceptable", le gouvernement demande un rapport à la SNCF

Société
DirectLCI
DYSFONCTIONNEMENT - Chaos à la gare Montparnasse, problèmes de communication, panne tardivement identifiée, réseau trop vieux... la ministre des Transports demande un rapport à la SNCF pour comprendre pourquoi la situation lui a échappé.

Au troisième jour de pagaille à la gare Montparnasse, les responsables politiques demandent des explications à la SNCF. Les trains supprimés, déroutés ou retardés depuis dimanche  ont laissé 7.000 voyageurs (sur 100.000) sans aucune solution. Une pagaille "inacceptable et inconcevable en période de vacances", pour le secrétaire d'Etat au ministère de l'Economie, Benjamin Griveaux, invité ce mardi sur RMC/BFM TV.


Il aura en effet fallu attendre 48 heures avant que la panne de signalisation à l'origine de ce chaos soit finalement identifiée dans la nuit de lundi à mardi. L'incident n'est pas pour autant clôt puisque la SNCF ne pourra effectuer les réparations que dans la nuit de mardi à mercredi.

En vidéo

Troisième jour de pagaille à la gare Montparnasse : la panne enfin identifiée

Une expérience dont je ne me satisfais pas"Elisabeth Borne, ministre des Transports, sur Europe 1

Une situation dont la ministre des Transports, Elisabeth Borne, dit ce mardi sur Europe 1 "ne pas se satisfaire". Au point que celle-ci a réclamé un rapport pour la fin de la semaine aux responsables de la SNCF. La compagnie ferroviaire devra ainsi expliquer "pourquoi on a mis aussi longtemps à trouver la panne et à la réparer, ce qui n'est pas faute d'énergie dépensée par les équipes de la SNCF, et pourquoi la situation a été aussi dégradée à Montparnasse".


Certes la SNCF la reconnu des erreurs de communication et d'information. Mais, au-delà de cette pagaille qui est très mal tombée en plein chassé-croisé des vacances d'été, les incidents sont nombreux à la SNCF. Les TGV et les INtercités sont même de plus en plus en retard, comme le soulignent nos confrères du Huffington Post , qui ont épluché les données fournies par la compagnie ferroviaire.

5.300 km de voies en France font l'objet de ralentissements"Elisabeth Borne, sur Europe 1

Alors comment remédier à ces nombreux dysfonctionnements ? "Il faut accorder la priorité aux transports de la vie quotidienne, à l'entretien et à la modernisation de nos réseaux", estime la ministre des Transports au micro d'Europe1 tout en soulignant que la panne a eu lieu sur un poste ancien.


"C'est bien de faire des lignes à grande vitesse pour gagner du temps pour aller à Bordeaux et à Rennes mais, si après on est bloqué à Montparnasse, on voit bien que ça ne va pas", commente-t-elle un mois après le lancement des lignes LGV à destination du Sud-Ouest et de l'Ouest. "La priorité aux lignes à grande vitesse s'est faite au détriment du réseau

existant", insiste-t-elle, précisant que "5.300 km de voies en France font l'objet de ralentissements".


Ainsi, le gouvernement a prévu d'allouer trois milliards d'euros par an à la rénovation du réseau ferroviaire. En outre, des assises de la mobilité seront lancées à la rentrée dans le but d'établir une loi de programmation au début de l'année 2018.  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter