"Panama Papers" : l'éditorialiste du Figaro compare les évadés fiscaux aux malades du sida

SOCIÉTÉ
DirectLCI
POLEMIQUE – Interviewé sur le scandale "Panama Papers", Yves Thréard s’est dit indigné de devoir livrer des noms qui, selon lui, n’ont pas été vérifiés. Il est allé jusqu’à comparer ces listes de personnalités à des "listings de gens qui ont le sida", avant de s'excuser.

"Demain on va faire quoi, le listing des gens qui ont le sida ?" Les propos d’Yves Thréard ont choqué, au point que le directeur adjoint de la rédaction du Figaro a dû reculer et s’excuser sur Twitter mardi.

Interviewé sur Public Sénat le 5 avril à propos du scandale "Panama Papers", l’éditorialiste du Figaro s’est offusqué de ces révélations, estimant qu’il y a confusion entre des comptes offshores légaux et de véritables systèmes d’évasion fiscale. Il reproche à l’enquête de livrer des noms sans les avoir vérifiés : "Cette société de la délation m’exaspère", a-t-il dit, critiquant "cette espèce de moraline médiatique où l’on jette des noms en pâture sans avoir même enquêté".

"Il y en a marre de cette société. Demain on va faire quoi, des listings de gens qui ont le sida ?"

Yves Thréard va jusqu’à comparer cette liste à un "listing des gens qui ont le sida" : " Monsieur Platini, il a un fonds . Pourquoi il n'aurait pas un fonds si cet argent est déclaré ? On mélange tout, on met tout en pâture, il y en a marre de cette société. Demain on va faire quoi, le listing des gens qui ont le sida ? Non mais attendez, faut arrêter", s’est indigné le journaliste.
 

"Une dictature de la délation"

Face au tollé provoqué par ses propos, Yves Thréard a regretté sur Twitter cette comparaison entre les évadés fiscaux et les malades du sida, admettant que "évasion fiscale et sida n’ont rien à voir".

Mais il ne manque pas de critiquer pour autant une "dictature de la délation" : "Bien sûr qu'évasion fiscale et sida n’ont rien à voir mais je n’aime pas le listing et la dictature de la délation, ça vous rappelle rien ?", a-t-il tweeté ensuite, faisant cette fois, sans doute, une comparaison à l’Occupation nazie en France. 

Sur le même sujet

Lire et commenter