Panthéon : Hollande a-t-il choisi de ne pas choisir ?

Panthéon : Hollande a-t-il choisi de ne pas choisir ?

Société
DirectLCI
GRANDS HOMMES – François Hollande annoncera vendredi quatre nouvelles entrées au Panthéon. Parmi elles, deux femmes, Germaine Tillion et Geneviève de Gaulle. Une décision qui n'a pas manqué de faire réagir, certains dénonçant l'absence de choix du président qui a préféré quatre personnes plutôt qu'une seule.

La liste des prétendants était fournie et recelait moult noms d'hommes et de femmes illustres. François Hollande a dû trancher. Il annoncera vendredi, lors d'un discours au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine), pas moins de quatre nouvelles entrées au Panthéon, tous résistants français. Germaine Tillion, figure de la Résistance, rejoindra les 73 autres grands hommes aux côtés de Geneviève de Gaulle, nièce de Charles de Gaulle, Pierre Brossolette, longtemps journaliste, et Jean Zay, ancien ministre de l'Education pendant la IIIème République. Un choix rapidement critiqué, certains espérant qu'un seul homme soit désigné plutôt que quatre.

Le dernier panthéonisé remonte à 2002, en la personne d'Alexandre Dumas. Si personne n'avait rejoint le Panthéon sous Nicolas Sarkozy, l'ancien président avait cependant souhaité qu'Albert Camus y demeure. Mais la famille de l'écrivain s'y était opposée. De même, la candidature du poète martiniquais Aimé Césaire avait été fortement soutenue. Nicolas Sarkozy lui avait fait une cérémonie au Panthéon mais sa dépouille était restée, suivant la volonté du poète, dans son pays natal. Seule une fresque monumentale se trouve dans l'édifice de la rue Soufflot.
 

Pot-pourri

Rappelons toutefois qu'il n'est pas interdit de faire entrer plusieurs personnes en même temps au Panthéon. En 1995, Pierre et Marie Curie ont été choisis pour reposer dans l'institution. Deux personnes avaient également été désignées en 1989, et quatre autres, cent ans auparavant.

Si la parité dans le choix de François Hollande a été saluée par certains, elle a vite été éclipsée par ceux qui reprochent au chef de l'Etat d'avoir fait un "pot-pourri" de personnalités. Et d'avoir en particulier mis de côté des noms comme Olympe de Gouges, pionnière du féminisme, Simone de Beauvoir, philosophe, ou encore Louise Michel, héroïne de la Commune. Si la légitimité de chacune des quatre nouvelles entrées n'est pas contestée, cette décision de François Hollande semble une nouvelle fois être loin de faire l'unanimité.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter