Paquet neutre : "Nous risquons une baisse des ventes de 50%"

SOCIÉTÉ

SOCIETE - Les buralistes ne décolèrent pas après la parution dans le Journal Officiel en mars, des décrets d’applications du paquet neutre. Tous craignent une baisse de leurs ventes. Contacté par Metronews, Bernard Gasq, président de la Fédération des buralistes d’Ile-de-France nous expose leurs revendications.

A deux jours du début de la mise en place du paquet neutre sur les étalages, les buralistes tentent d'attirer l'attention du gouvernement sur leur situation. 

Disposition phare de la loi Santé de Marisol Touraine, le paquet neutre qui sera commercialisé dès vendredi est un packaging sans logo, ni couleur, recouvert uniquement de photos choquantes et de messages sanitaires. Pour les buralistes, cette mesure aura des effets conséquents sur les ventes. Selon lLe Parisien , ces derniers se disent même prêts à mener des blocages aux portes des stades de l’Euro 2016, si leurs revendications ne sont pas prises en compte par l’exécutif. 

► Qu’appréhendent les buralistes ?
Contacté par metronews, Bernard Gasq, président de la Fédération des buralistes d’Ile-de-France, nous explique que la situation économique des buralistes n’a jamais été aussi catastrophique. "Nous sommes très remontés et avons besoin de nous faire entendre. Nous avons tous des problèmes de trésorerie. Le paquet neutre va pousser les consommateurs à se fournir dans les pays frontaliers tels que la Belgique, le Luxembourg, l’Italie ou l’Espagne. Il peut aussi encourager le marché de contrebande. Nous risquons une baisse des ventes de 50%".

► Que risquent-ils ?
Et le bilan est sans appel : "aujourd’hui il y a 26 000 buralistes en France, qui reçoivent chaque jour 10 millions de clients. C’est 22 000 buralistes de moins qu’il y a 13 ans, soit 22 000 petites entreprises disparues", note Bernard Gasq. "Et dans ces commerces, ajoute-t-il, on travaille souvent en binôme : le mari et la femme. En outre, ce n’est pas une personne de la famille qui perd son emploi, mais deux. Et à cela, on dit non !"

► Que réclament-ils ?
"Nous réclamons en contrepartie du paquet neutre, une rémunération à 11%", déclare-t-il. Actuellement, sur un paquet de cigarette à 7 euros, les buralistes touchent environ 0,48 centimes. Bernard Gasq réclame au gouvernement que cette rémunération grimpe à 0,77 centimes. Plus précisément, les buralistes veulent toucher plus  à chaque paquet vendu. 

"Pas pour nous enrichir", nuance le président de la Fédération. "Mais pour nous constituer de nouveau une trésorerie et amener les banques à nous faire confiance.  Car actuellement, les établissements bancaires ne croient plus en nos projets à cause du paquet neutre". Et de conclure, à l'adresse des politiques, ceux de la majorité en tête : "Nous avons 17 000 clients par circonscription législative et nous allons faire valoir notre opinion en 2017."

EN SAVOIR + 
> Découvrez le nouveau paquet de cigarette neutre
>> Le tabac tue 2 fumeurs sur 3 >>  Pourquoi le tabac goût menthe est plus nocif ? >> Fumer pendant la grossesse : pourquoi c'est dangereux

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter