Parcoursup 2021 : la saison des vœux est ouverte

Parcoursup 2021 : la saison des vœux est ouverte

ORIENTATION - Dès ce mercredi, les élèves de Terminale pourront commencer à sélectionner sur la plateforme d'admission post-bac leurs vœux d'études supérieures... parfois contrariés par la crise sanitaire.

Les effets de la crise sanitaire et la réforme du lycée rendent cette saison des vœux doublement spéciale pour les futurs bacheliers. À compter de ce mercredi, les lycéens de Terminale qui veulent entamer des études supérieures et les étudiants en réorientation peuvent inscrire sur Parcoursup leurs vœux d'orientation qu'il faut parfois remettre en question à cause du Covid. Jusqu'au 11 mars, les candidats pourront formuler jusqu'à 10 vœux (avec possibilité de sous-vœux selon les formations), sans avoir à les classer.

Pour chaque vœu, les jeunes doivent expliquer leur motivation en quelques lignes sur la plateforme d'admission post-bac, inaugurée il y a trois ans, intégrant toutes les formations reconnues par l'Etat. Sera aussi transmise aux universités et formations sélectives "une fiche Avenir" qui contient l'appréciation des professeurs et l'avis du chef d'établissement.

Il est recommandé aux élèves de ne pas faire qu'un seul vœu ou de ne candidater qu'à des filières sélectives pour ne pas se retrouver sur le carreau.

Parfois un parcours du combattant

Mais cette année, crise du coronavirus oblige, le parcours d'orientation se transforme parfois en parcours du combattant car les traditionnels salons regroupant toutes les formations ou encore les portes ouvertes des écoles ne peuvent plus se tenir en "présentiel". Ils se font en "distanciel", via l'écran de l'ordinateur. "On sait très bien à quel point échanger directement avec les établissements d'enseignement supérieur sur les salons les aide à faire leur choix, sachant qu'en plus Parcousurp arrive", explique Charlotte Vanpeene en charge des relations presse de l'Etudiant, qui assure "faire le maximum pour permettre malgré tout aux jeunes d'avoir la même qualité d'échanges". 

Autre conséquence de la crise, les élèves de Terminale voient parfois leurs rêves d'orientation s'évaporer du fait des difficultés professionnelles engendrées par la crise rencontrées par leurs parents. Cette année, beaucoup de lycéens disent pencher pour des études en BTS, DUT ou prépas, qui leur assurent, en cas de coup dur sanitaire, davantage de cours en présentiel, à la différence de la faculté, pénalisée par les cours à distance. Du côté des professeurs principaux, chargés de gérer l'orientation des élèves en Terminale, l'heure est aussi à l'inquiétude.

Lire aussi

"On fait tout notre possible pour les orienter au mieux en étant très réactifs mais, avec l'enseignement à mi-temps au lycée, c'est très compliqué", lance François Desnoyer, professeur de maths dans l'académie de Toulouse. Et il note cette année une "particularité": "dans une classe de Terminale générale, tous mes élèves sans exception refusent la fac et s'orientent vers des classes préparatoires qui fonctionnent à plein régime et qui les rassurent car ils y seront encadrés et pas livrés à eux-même comme à l'université".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : "gagner du temps" avant de reconfiner, une stratégie risquée

CARTE - Covid-19 : où en est l'épidémie dans votre département ?

Les données médicales de 500.000 Français dérobées et diffusées sur internet

Covid-19 : AstraZeneca reconnaît de nouvelles difficultés de production en Europe

EN DIRECT - Covid-19 : Olivier Véran est arrivé à Dunkerque pour évoquer de nouvelles mesures

Lire et commenter