Parcoursup : plus de 100.000 bacheliers toujours sans affectation à un mois et demi de la rentrée

SOCIÉTÉ
DANS L'ATTENTE - En cette mi-juillet, un peu plus d'un bachelier sur dix ne sait toujours pas où il poursuivra ses études supérieures à la rentrée. De quoi faire se multiplier les saisines auprès du Défenseur des droits pour "faire la lumière sur les modalités de sélection".

Au début du mois de juillet, la ministre de l'Enseignement supérieur était satisfaite. Le système fonctionne "comme prévu", se félicitait même Frédérique Vidal sur LCI à propos de la plateforme Parcoursup, qui doit permettre aux futurs étudiants de s'inscrire à la fac. Oui mais voilà, trois semaines plus tard, si 689.192 bacheliers ont reçu "au moins une réponse positive", plus de 100.000 bacheliers sont toujours en attente d'affectation pour la rentrée prochaine. 

Dans le détail, au 17 juillet, 122.858 candidats n'avaient pas encore reçu de proposition ou étaient en attente de place : 55% d'entre eux étaient "en attente de proposition" (68.510), 11% ont" demandé à être accompagnés par le recteur de leur académie" (13.969) et 15% n'ont reçu que "des réponses négatives sur des formations sélectives" (18.302). Ils sont 22.077 à avoir "quitté la plateforme avant d'avoir reçu une proposition". Alors pour éviter d'attendre dans la fébrilité une réponse positive qui n'arrivera peut-être pas - Parcoursup fermera ses portes le 21 septembre -, certains ont pris les devants et ont opté pour des écoles privées, qui ont leur propre chemin de sélection.

Le Défenseur des droits saisi

 C'est le processus de sélection de Parcoursup que remettent en cause syndicats et associations de parents d'élèves. 

Mardi, l'Unef (syndicat étudiant), la FCPE (fédération de parents d'élèves), les Ferc-CGT et Snesup-FSU (syndicats d'enseignants du supérieur), l'UNL (syndicat lycéen) et le SAF (syndicat des avocats de France) ont déjà annoncé la saisine du Défenseur des droits pour demander notamment la publication des "algorithmes locaux". Le président du Conseil départemental de Seine-Saint-Denis leur a emboîté le pas jeudi "pour faire la lumière sur les modalités de sélection".  

En vidéo

Les ratés de "Parcoursup" font aussi des heureux

Selon lui, la plateforme Parcoursup entretient en effet "un flou total et insupportable sur les caractéristiques de ses algorithmes locaux" utilisés par les établissements pour classer les dossiers des candidats.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter