Comment j'ai (difficilement) survécu au premier anniversaire de mon enfant

FAMILLE
DirectLCI
VIS MA VIE - Combien d’invités ? Quel lieu ? Quels gâteaux ? Quelles activités ? Votre enfant veut fêter son anniversaire avec ses amis pour la première fois et cette année, vous avez osé franchir le pas. Des préparatifs au jour J, récit d'un papa confronté au premier anniversaire de son enfant.

Mon fils fête ses 6 ans en mars et cette année, il veut absolument que l'on fête son anniversaire avec ses amis pour la première fois. Requête légitime pour lui, qui est désormais en dernière section de maternelle. Se pose alors la sempiternelle question : que faire pour que son anniversaire soit synonyme de réussite, à la hauteur de ses jeunes espérances ? D'autant que si ce premier anniversaire n'est pas au minimum "inoubliable", ce sera sans aucun doute un traumatisme collectif qui nécessitera le financement, plus tard, d'un nombre incalculable d'heures chez le psychanalyste !

Toutes les idées vous passent alors par la tête pour choyer votre enfant ainsi que ses amis. Mais concrètement, cela signifie quoi ? Quelle organisation ? Quel invité ? Quel coût ? Quel jeu ? Quelle musique ? Quel gâteau ? Quelle bougie ? Et plus le jour J avance, plus vous ressentez de la compassion à l'encontre de vos propres parents qui, eux, se sont déjà pliés à l'exercice... 


Parole de parent, voici des cas de figure incontournables auxquels vous risquez d'être confrontés un jour ou l'autre si vous organisez vous aussi l'anniversaire de votre enfant. 

Faire ou ne pas faire l'anniversaire chez soi

La première question qui se pose : le lieu. 


La première option consiste à organiser cette première boum à la maison, comme des parents généreux et cools. Puis, rapidement, vous imaginez votre sympathique demeure transmuée en zoo. Et la perspective de voir votre salon (sans compter votre sublime télévision 3D toute neuve) saccagé par des hordes d'enfants hystériques shootés à Maitre Gims et David Guetta vous glace le sang... et vous incite à organiser l’événement à l'extérieur. Vous avez tout à fait raison.

Parmi les lieux possibles, on peut choisir un parc (il fait beau, prenez votre Iphone, faites un film-souvenir), un restaurant (notre fils a bien eu des invitations au McDo et au PizzaHut, oui, C'EST POSSIBLE), une activité extérieure (de nombreux sites spécialisés dans l'événementiel proposent un escape game ou un karaoké spécial pour enfants), une salle de cinéma-goûter. Ou alors un bar-restaurant louable pout quelques heures, à tarif négocié. C'est ce que nous avons fait.


Cette location de trois heures nous a coûté 70 euros, soit une précieuse aubaine pour Paris. 


En fonction de la superficie du lieu, le propriétaire vous prévient au préalable du nombre maximum d'invités. Son bar pouvait accepter 10 enfants ; en comptant la petite sœur, cela donnait 11 enfants à gérer. 

Prévenir les parents des enfants invités très en amont

Votre enfant rumine sa liste d'invités depuis des mois et il est formel : ce sont "ces amis-là" qu'il veut inviter, et aucun autre. Histoire de réserver le créneau en amont, vous informez les parents par mail pour savoir s'ils sont disponibles ce jour-là (vous saurez de fait précisément combien d'enfants viendront). 


Puis, vous faites une piqûre de rappel quelques jours plus tard via des petites invitations décorées de Reine de neige ou de Venom (mais si, le méchant dans Spider-man) à l'entrée de la classe - les professeurs refusent à raison que la distribution ait lieu dans la salle de classe pour éviter toute jalousie. Et signifiez bien que les enfants peuvent venir déguisés, ils adorent ça. 

Alerte, il veut changer sa liste d'invités au dernier moment

Votre enfant (qui ne réalise évidemment pas votre degré extrême d'implication) vous informe un soir à table en plein dîner qu'il ne veut plus inviter son meilleur ami pour la vie parce qu'il s'est mal comporté avec lui pendant la récréation. Et ce... deux jours avant la date fatidique. Et là, votre monde s'écroule. Comment expliquer ainsi aux parents de Kevin que finalement, il n'est plus invité ? Mission impossible.

Autre situation non moins courante, votre enfant veut que vous invitiez à cet anniversaire le copain ascendant trouble-fête qui, lui, ne l'a pas invité à son anniversaire deux mois plus tôt.

Dans les deux cas, la même réponse : c'est l'anniversaire de votre fils, donc c'est lui qui décide. Dans le premier cas, n'oublions jamais que les amitiés se font et se défont à vitesse grand V. Et dans le second cas, votre enfant pourrait ne pas comprendre que vous n'invitiez pas ce diable de Tasmanie...  

Pendant l'anniversaire, personne ne vous entendra hurler

Vous avez beau avoir tout prévu, tout préparé, vous n'êtes à l'abri de la crise de nerfs, du débordement, du désespoir face à cet enfant qui refuse de faire la même activité que les autres ou qui boude dans son coin. Aussi, il n'est pas interdit, et il est même conseillé, de demander du renfort à l'un ou plusieurs de vos amis voire à un membre de votre famille. Granny, par exemple, qui prépare si bien les gâteaux et qui a réussi son BAFA il y a 10 ans, invitez-la ! Vous pouvez également renforcer vos dépenses en prenant une baby-sitter (c'est bien les jeunes aussi, c'est en forme).


Et n'oubliez pas non plus que vous pouvez prendre du plaisir en participant aux jeux des enfants. N'ayez pas honte de danser sur Magic System ou sur cette chanson impossible que votre enfant a réclamé dans sa playlist. C'est aussi l'occasion de profiter de ce moment de grand ivresse collective en laissant sa dignité au vestiaire. Y compris au cours d'une course de sac à patates. 

Se dévouer pour animer le stand du chamboultou est par ailleurs fort apprécié. 

Ne pas se prendre la tête avec le gâteau d'anniversaire

Quant au gâteau, inutile de se prendre la tête : tout le monde veut le traditionnel soufflage de bougies et la distribution de cadeaux. L'excitation est telle que plus personne n'a envie de manger ce merveilleux gâteau au chocolat amoureusement préparé pendant une heure. Croyez-moi, le birthday cake, c'est vraiment la cadet des soucis des enfants.  Faites simple. 


Voilà, après avoir déployé des efforts surhumains (oui, on vous a vu jouer à une partie de Mikado géant) et assuré comme une bête (tous les enfants vous adooooorent), les parents viennent ENFIN chercher leurs enfants. Et le hashtag #libération surgit au loin. Vous savez si votre mission a été réussie à la tête que font les enfants en partant. S'ils assurent qu'ils ont "passé le meilleur anniversaire de leur vie", c'est bon, vous pouvez enlever la guirlande. 

Seul grief : vous avez placé la barre si haut pour son premier anniversaire que l'année prochaine, il faudra redoubler d'efforts. Et soyez-en sûrs, ce n'est que le début ! De vous, désormais, on attend beaucoup. C'est ça, d'être un super parent !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter