"Montrer de l'intérêt", "poser un cadre" : parents, le gouvernement va vous aider à affronter la crise d'ado de votre enfant

"Montrer de l'intérêt", "poser un cadre" : parents, le gouvernement va vous aider à affronter la crise d'ado de votre enfant

ÂGE INGRAT - Le ministère des Familles a mis au point un livret destiné aux parents d’adolescents. Ces derniers y trouveront des conseils concrets pour aider leur progéniture à traverser cette phase importante de leur vie.

Le temps des regards remplis d’amour est révolu. Votre rejeton est devenu grincheux et insolent. A l’école comme à la maison, il défie l’autorité et ne veut plus être infantilisé. Rien d’anormal à l’horizon : il rentre tout juste dans "l’âge ingrat".

Pour certains parents, le passage à l’adolescence de leur progéniture reste toutefois un moment délicat. Un livret a ainsi été mis au point par le ministère des Familles pour les accompagner et leur distiller des conseils. Il sera distribué en avril à 800.000 foyers - aux alentours des 11 ans de l’enfant - via la Caisse nationale d’allocations familiales et la Mutuelle sociale agricole. "C’est l’âge d’un tournant, avec l’entrée au collège. Et cela permet d’aborder de manière préventive les situations qui peuvent être difficiles à vivre", détaille Cécile Grosjean, conseillère en charge de la parentalité au sein du ministère, citée par La Croix. 

Mais quels sont les conseils distillés dans ce livret élaboré avec des pédopsychiatres ? Voici quelques exemples notables :

  • 1Montrer de l’intérêt

    "Intéressez-vous à ce qu’il fait et à ce qu’il aime, valorisez ses réussites à l’école mais aussi en dehors (sport, loisirs…). De votre place de parent, vous pouvez partager des moments avec lui, en tête-à- tête, autour d’une activité qu’il apprécie. En l’écoutant, vous comprendrez mieux son univers et la communication en sera meilleure".
  • 2Poser un cadre

    "S’opposer est nécessaire à l’adolescent pour construire sa propre identité. Cela ne veut pas dire qu’il ne vous aime plus : s’il teste le cadre, c’est d’abord pour en vérifier la solidité. Alors ne rendez pas les armes ! En posant des limites à ne pas franchir (grossièreté, injures, gestes violents) mais en maintenant le lien même dans les moments difficiles, et en reconnaissant vos erreurs aussi, vous éviterez la rupture".
  • 3Etre attentif à sa scolarité

    "L’adolescent a besoin d’être valorisé pour ses résultats scolaires et aussi pour les efforts qu’il faits. En écoutant ses envies, en lui disant ses points forts, il sera plus à même de choisir ce qui lui convient. Vos encouragements lui permettront de s’accrocher et d’aller au bout de ce qu’il entreprend."
  • 4Parler de sexualité

    "Si vous vous sentez à l’aise, vous pouvez informer votre enfant avant le début de la puberté, afin de ne pas le gêner, en valorisant la découverte du sentiment amoureux, le respect de soi et de l’autre, la notion de consentement, l’égalité entre les filles et les garçons et entre l’hétérosexualité et l’homosexualité, ainsi que les moyens de protection et de contraception. Mais trop de curiosité parentale peut être mal vécue et à juste titre". Ainsi le guide recommande aux parents d’accompagner son ado "chez un professionnel de santé généraliste ou gynécologue, qui l’informera et auprès de qui il pourra se confier si besoin".

A noter que le livret insiste bien sur l'existence de structures qui peuvent aider les parents démunis face au comportement de leur adolescent. Chaque situation est ainsi agrémentée d'une liste fournie de ressources et de contacts utiles (associations, lignes d'écoutes, professionnels de l'accompagnement scolaire et de l'orientation).

Lire aussi

En vidéo

Les adolescents et la mode, une grande histoire de style

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass sanitaire, terrasses, obligation vaccinale... Ce que prévoit le projet de loi adopté par le Parlement

EN DIRECT - Le syndicat SUD-Rail appelle les cheminots à ne pas contrôler le pass sanitaire

Restaurants, terrasses, trains, cinémas... Où le pass sanitaire sera-t-il obligatoire ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

Pass sanitaire et obligation vaccinale : le refus ne sera finalement pas un motif de licenciement

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.