Parents, savez-vous ce que font vraiment les Atsem avec vos enfants en maternelle (et pourquoi elles n’en peuvent plus) ?

Parents, savez-vous ce que font vraiment les Atsem avec vos enfants en maternelle (et pourquoi elles n’en peuvent plus) ?

DirectLCI
LE POINT - Annick Girardin, ministre de la Fonction Publique, a annoncé ce lundi après-midi des mesures pour améliorer les conditions d’exercice du métier d’assistante en école maternelle (ATSEM). Elle a repris en grande partie les pistes envisagées par un rapport du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale.

Elles sont partout. Discrètes, efficaces. Elles ont un nom barbare mais sont indispensables dans les écoles maternelles. Ce sont les Atsem (Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles), chargées d’assister les enseignants. De plus en plus, leur rôle a évolué. Face à leur grogne, la ministre de la Fonction publique a annoncé ce lundi après-midi des mesures pour améliorer leurs conditions d’exercice.

  • 1A 99,6% des femmes

    Actuellement, les Atsem sont environ 51.000, dont 99,6% de femmes ! Un agent sur cinq a plus de 55 ans. Les Atsem appartiennent au secteur social de la filière médico-sociale. A la base, précise le décret qui encadre leur statut, ces agents sont chargés de l'assistance au personnel enseignant pour la "réception, l'animation et l'hygiène des très jeunes enfants" ainsi que de la "préparation et la mise en état de propreté des locaux et du matériel servant directement à ces enfants". Des missions d’entretien, donc. Sauf qu'au fil des années, leur métier a fortement évolué, et leur champ d’intervention s’est élargi, jusqu’à suppléer les animateurs, voire les enseignants, dans leurs missions.
  • 2Une journée type de plus en plus remplie

    Outre leurs tâches traditionnelles (ménage, cantine, encadrement sanitaire et social des enfants, surveillance...), les Atsem prennent de plus en plus part à l'encadrement des activités pédagogiques et éducatives comme l'animation d'ateliers, mais aussi l'accompagnement d'enfants en situation de handicap. Le champ d’intervention des Atsem s’est aussi élargi au temps périscolaire, avec souvent la charge des garderies du matin, du soir, en plus des repas. Des évolutions du métier en partie liées à la réforme des rythmes scolaires. "Actuellement, les Atsem sont des professionnels de la petite enfance qui assument une triple fonction éducative, d’assistance à l’enseignant, d’entretien des locaux et du matériel pédagogique", résume la CGT. Des missions bien floues, qui peuvent aussi varier suivant les communes pour ces agents de la fonction publique. La CGT dénonce ainsi "l’imprécision, voire de l’absence, de cadre réglementaire en matière de taux d’encadrement par classe, d’interventions floues sur certaines tâches et d’encadrement de groupes d’enfants dans la classe de maternelle et pendant le temps périscolaire". Cela conduit à une grande souffrance professionnelle, liée notamment à la perte de sens du travail, à des consignes contradictoires, des surcharges de travail.
  • 3Les Atsem ont dit leur colère dans la rue

    Les agents ont déjà mené deux grèves, en quelques mois : l’une le 14 décembre dernier et l’autre fin janvier. Ils demandent notamment un meilleur taux d'encadrement, la clarification de leurs missions, et une reconnaissance de la pénibilité de leur métier.
  • 4Les pistes d’évolution

    Un rapport, adopté le 2 février par Le Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT), qui rassemble les représentants des élus locaux et des salariés, recommande une meilleure "formation" et une "carrière plus attractive". Il plaide également pour la "reconnaissance des missions éducatives". Annick Girardin, la ministre de la Fonction publique, a suivi ce rapport pour améliorer les conditions d’exercice du métier. "Je m'engage à ce que le gouvernement apporte des réponses, premièrement en clarifiant les missions confiées aux Atsem", a-t-elle déclaré ce lundi. "L'Atsem et l'enseignant forment souvent un duo soudé et complémentaire (...). Si le métier est humainement valorisant, les difficultés sont réelles : des missions trop floues, des conditions de travail parfois extrêmement difficiles, un manque de débouchés et de perspectives", a estimé la ministre. Leurs missions seront donc "redéfinies", a assuré Mme Girardin qui souhaite "trouver des propositions équilibrées" avec les syndicats et l'association des maires de France (AMF), qui se réuniront en groupes de travail dans les prochaines semaines.

En vidéo

VIDÉO ARCHIVES - En septembre dernier, les ATSEM menaçaient de bloquer les écoles maternelles

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter