Paris : alerte à la pollution mardi, EELV demande la circulation alternée

SOCIÉTÉ

UN SUR DEUX - AirParif annonce un pic de pollution aux particules fines mardi à Paris. Emmanuelle Cosse, d’Europe écologie Les Verts, demande la circulation alternée. La Ville annonce que le stationnement résidentiel sera gratuit.

Parisiens, apprêtez-vous à tousser. AirParif, institut chargé de mesurer la qualité de l’air, annonce en effet un dépassement des seuils de pollution aux particules fines pour la journée de mardi.

Ces particules en suspension dans l’atmosphère proviennent généralement du trafic routier, notamment des moteurs diesel des voitures, camions et bus, mais également de l'industrie, de l'agriculture et de la combustion (cheminées, chauffage individuel...). Les pics de particules fines s’observent dans l’atmosphère lors de conditions anticycloniques avec un beau temps et peu de vent, qui se prolongent plusieurs jours.

Circulation alternée ?

Sur Twitter, la secrétaire générale d’Europe Ecologie Les Verts Emmanuelle Cosse a aussitôt appelée à mettre en place la circulation alternée.


Mais la demande n’a pour l’instant fait l’objet d’aucun écho, même de la part de la maire de Paris Anne Hidalgo, pourtant prompte ordinairement à brandir la mesure. En fin de journée, la Ville a cependant annoncé qu'elle mettait en place la gratuité du stationnement résidentiel mardi, pour inciter les riverains à privilégier les transports en commun. Des messages de prévention sanitaire seront également diffusés sur les panneaux lumineux. La Ville de Paris appelle à adapter leurs comportements, en empruntant "prioritairement" les réseaux de transport en commun, le covoiturage ou l'utilisation de véhicules peu polluants.La préfecture, elle, abaisse les vitesses maximales autorisées de 20 km/h, soit 110 km/h sur les portions d'autoroute, 90 km/h sur les voies rapides, 60 km/h sur le boulevard périphérique. 

En septembre dernier, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal, critiquée au printemps pour sa gestion des épisodes de pollution, avait présenté un plan pour être plus réactif à l’approche d’un pic, notamment via la circulation alternée. "Jusqu'à présent, la circulation alternée ne pouvait être décidée qu'une fois l'épisode de pollution constaté", a rappelé la ministre de l’Écologie. "Désormais, les décisions pourront être prises dès qu'il y a l'alerte de pollution", a-t-elle ajouté. Si la circulation alternée a fait couler beaucoup d'encre, elle n'a été mise en place que trois fois, en région parisienne, en près de 20 ans.

A LIRE AUSSI >> Pourquoi les particules fines sont dangereuses pour votre santé

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter