Paris : un dispositif anti-SDF en passe d'être retiré grâce au tweet d'un sans-abri

Paris : un dispositif anti-SDF en passe d'être retiré grâce au tweet d'un sans-abri

Société
DirectLCI
POLÉMIQUE - Il a tapé du poing sur la table et a été entendu. Un sans-abri, très actif sur les réseaux sociaux, s'est indigné il y a quelques jours sur Twitter d'un dispositif anti-SDF installé dans Paris. Sa publication, qui a scandalisé beaucoup d'internautes, a finalement atteint la mairie de Paris qui s'est engagée à faire retirer l'installation "sans délai".

Douches froides, pics, bancs inclinés… Depuis quelques années, les dispositifs anti-SDF se multiplient dans les villes françaises. Rue de Meaux (19ème arrondissement), à Paris, des barrières ont été installées il y a huit ans autour, puis en travers de deux bouches d’aération sur le trottoir. L’installation vise à empêcher les sans-abris de s’allonger à cet emplacement pour se réchauffer. "Certains avaient installé un matelas et dormaient à quatre ou cinq dessus il y a quelques années", se souvient Chantal, qui habite l'immeuble adjacent, auprès de France Bleu. C’est finalement le coup de gueule de Christian Page, un SDF très actif sur les réseaux sociaux, qui a eu raison de ces barrières. Le 25 décembre, il a publié sur Twitter une photo du dispositif. "Grilles d’air chaud où parfois se posaient les SDF, écrit-il. Sauf que maintenant, voilà…", regrette-t-il.

La photo a été retweetée près de 2.000 fois et a choqué de nombreux internautes. Si bien que la mairie de Paris a fini par s’emparer du problème. Après s’être renseignée sur l’emplacement exact des barrières, elle a fait savoir sur le même réseau social qu’elle allait les retirer "sans délais".

Depuis le début du mois de décembre, la fondation Abbé-Pierre, soutenue par Emmaüs Solidarité, a lancé une campagne visant à dénoncer les aménagements urbains qui empêchent les sans-abris de s'installer. Sur un site spécialement dédié, soyonshumains.fr, l'association reccueille les photos envoyées par les internautes. 

"Il s’agit d’en mesurer la dimension, mais également de prendre conscience de la manière dont on considère les plus précaires dans notre pays", explique la Fondation. En parallèle, et alors que plus de 2.000 personnes meurent chaque année dans la rue, elle a regroupé plusieurs propositions pour que chacun puisse être abrité dignement dans un plan "Sans domicile : objectif zéro". Elles ont été soumises au gouvernement.


Une pétition demandant l'interdiction des dispositifs anti-SDF a aussi été lancée. Elle a pour l'instant recueilli plus de 200.000 signatures.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter