Paris : après l'évacuation, où seront installés les migrants du camp de Stalingrad ?

Paris : après l'évacuation, où seront installés les migrants du camp de Stalingrad ?
SOCIÉTÉ
DirectLCI
MIGRANTS – Alors que le campement de Stalingrad ne cesse de croître, l'Etat prépare son démantèlement et la mise à l'abri des milliers de migrants qui s'y trouvent. Une opération qui devrait intervenir dans "les jours qui viennent", selon Ian Brossat, l'adjoint chargé du Logement à la mairie de Paris. Interrogé par LCI, il ajoute que l'ouverture du camp géré par la Ville à la porte de La Chapelle se fera dans la foulée.

C'est une situation qui embarrasse les autorités. Alors que le campement de Stalingrad continue à grossir, Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris chargé du logement, a dénoncé une "situation insupportable pour les migrants et les habitants du quartier". Il estime qu'il est temps que l'évacuation soit réalisée, "et le plus vite sera le mieux".


Selon l'élu, l'évacuation du campement de Stalingrad et la mise à l'abri de tous les migrants qui s'y trouvent devrait intervenir "dans les prochains jours". "On pourra ouvrir dans la foulée le camp de la porte de La Chapelle (ndlr : la structure officielle de de la mairie de Paris qui doit accueillir 400 réfugiés dans un premier temps), dans les prochains jours donc." Pourquoi pas avant ? Il ne s'agit pas d'un retard dans les travaux, estime Ian Brossat. "Le camp est prêt à l'ouverture mais on veut éviter un engorgement".  Cette infrastructure a pour vocation, avec celle qui sera installée à Ivry sur un terrain appartenant à la mairie de Paris, à "accueillir le flux continu" de migrants.


La Chapelle ne disposant donc que de 400 places, que va-t-on faire des autres migrants, majoritaires (ils sont estimés entre 2000 et 2500, ndlr) pour l'instant installés à Stalingrad ? "Ils seront placés dans des CAO (Centre d'accueil et d'orientation), affirme l'élu parisien. L’Etat travaille en ce moment pour trouver des places pour tout le monde." Objectif  : que cette 30e évacuation d'un camp "sauvage" ne se reproduise pas.



En attendant, à Stalingrad, sous le métro aérien, des grillages ont été installés sur le terre-plein central pour éviter que les migrants ne s’y installent. Une situation particulière, selon Ian Brossat, qui ne souhaite pas "mettre Paris sous cloche". Aujourd'hui, l'élu en appelle à la responsabilité de L’Etat. "Paris a fait preuve d'esprit d'initiative. Ce que je dis, c'est qu'il faut que tout le monde s'y mette."

En vidéo

Campement de Stalingrad : "il faut agir autrement", pour France Terre d'asile

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter