Paris : la droite vent debout contre un projet de foyer pour SDF dans le bois de Boulogne

Paris : la droite vent debout contre un projet de foyer pour SDF dans le bois de Boulogne

PAS CONTENTS - La mairie du 16e monte au créneau contre un projet de centre d’accueil pour les sans-abri près du bois de Boulogne, décidé par la Ville de Paris.

Les sans-abri ne sont pas les bienvenus dans le 16e. En tout cas, pas au bois de Boulogne. Et le maire Les Républicains Claude Goasguen entend bien le faire savoir. Depuis quelques jours, l’élu multiplie pétition, apostrophes sur son blog, et démarchage de rue pour dénoncer un projet de la Ville de Paris qui veut installer cinq bâtiments aux abords du bois de Boulogne, pour accueillir cet hiver des sans-abris.

La Ville de Paris a présenté le projet le 13 octobre dernier : elle veut mettre à disposition de l’Etat pour 5 ans un terrain qu'elle possède, pour y installé "cinq bâtiments modulaires, destinés à accueillir cet hiver près de 200 personnes à la rue", indiquait le communiqué. Ce terrain, situé allée des Fortifications dans le 16e - proche de l'hippodrome d'Auteuil, du Musée Marmottan et non loin des fenêtres de chics propriétaires -, est, qui plus est,  dans un "arrondissement déficitaire en matière d’hébergement d’urgence, alors qu’il convient de répartir équitablement sur le territoire parisien l’effort de solidarité dans ce domaine", insiste le communiqué. 

Bataille juridique en vue ?

Le projet est à l’ordre du jour du Conseil de Paris, ce mardi. Dans la capitale, les lieux d’accueil sont en effet saturés, rappelle la Ville. 16 000 personnes "en grande précarité sont orientées chaque jour vers des nuitées hôtelières – coûteuses pour la collectivité et peu adaptées au travail social – tandis que beaucoup d’autres continuent à dormir dans la rue". 

Dans le 16e, le maire Claude Goasguen est immédiatement monté au créneau . Et il n’a pas peur d’user des grands mots, dénonçant une construction faite "dans la plus grande illégalité", et agitant le spectre d’un "n ouveau Sangatte à Boulogne ". Car si la Ville de Paris parle d’hébergements pour les sans-abris, lui assène qu’il s’agit d’un camp de migrants et de réfugiés. Et "il ne s’agit pas de réfugiés demandeurs d’asile politique, mais bien de sans-abri et de sans-papiers", précise la mairie d’arrondissement sur son site. Dénonçant un "inacceptable acte d’autorité sectaire et politicien", la mairie d'arrondissement appelle d’ailleurs "les Parisiens du 16e et d’ailleurs à se mobiliser pour conserver le Bois de Boulogne comme un espace de détente et de nature" et ce, via une pétition "Refusons un Sangatte dans le Bois de Boulogne !"
Claude Goasguen agite notamment le fait que le Bois de Boulogne est un site classé "au titre des monuments historiques depuis 1957", également classé en zone urbaine verte au titre du PLU, et qui n’est pas constructible pour du logement et de l’hébergement. Dans le Figaro , il indique encore n’avoir jamais été ni informé ni associé aux discussions. Pourtant, il y assure avoir "proposé d’autres lieux dans le 16e pour calmer le prurit sectaire" de la gauche, comme le Musée des arts populaires, vide, à côté de la Fondation Louis-Vuitton. La délibération sur le projet devrait être validée au Conseil de Paris. Mais d’après le Figaro, une bataille juridique risque de s’engager : des avocats devraient attaquer en référé la délibération du vote.

A LIRE AUSSI >> Abus de logements sociaux : le 16e dans le viseur de Paris

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Macron et Biden promettent de restaurer la "confiance", abîmée par la crise des sous-marins

EN DIRECT - Covid-19 : 59 décès en 24 heures, 1656 patients toujours en soins critiques

Covid-19 : à moins d'un mois de sa mise en place, le déremboursement des tests vire au casse-tête

Crise des sous-marins : la surprenante lettre envoyée par l'Australie à la France

Quatre piétons fauchés par une automobiliste sur les Champs-Élysées, trois en urgence absolue

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.