Paris : la fin d’Autolib’ libère 3.244 places de stationnement, réservées aux voitures électriques et gratuites

TRANSPORTS - La mairie de Paris a annoncé jeudi soir que les places de parking actuellement dévolues aux véhicules Autolib', dont le contrat d'exploitation vient d'être résilié, seront réservées dès la fin du service aux propriétaires de voitures électriques. Elles seront gratuites.

Retour en arrière ? Pas tout à fait. C’est peut-être ce qu’a voulu signifier la Ville de Paris, alors que la fin d’Autolib’ vient d’être annoncée ce jeudi après-midi. Pour autant, une fois la résiliation du contrat actée, pas question de laisser les places vacantes revenir aux conducteurs de véhicules classiques. Elles seront destinées exclusivement aux voitures électriques, a décidé la mairie. 


"Les 3.244 places de stationnement qui sont actuellement dévolues à Autolib’ seront dédiées à terme aux Parisiens et aux Franciliens propriétaires d’un véhicule électrique ou utilisant un véhicule électrique en autopartage, à titre personnel ou professionnel", a expliqué l'institution dans un communiqué, ajoutant que le stationnement serait  "gratuit, dans la mesure de six heures consécutives".

En vidéo

Échec d'Autolib' : quelle solution pour les utilisateurs ?

Des désaccords financiers à l'origine de la résiliation

Le Syndicat Autolib' Vélib' Métropole, qui regroupe les pouvoirs locaux de Paris et de sa banlieue, a voté jeudi après-midi pour la résiliation de la délégation de service public du service d'autopartage de voitures électriques conclue avec le groupe Bolloré en 2011, sur fond de désaccords financiers.


Dans son communiqué, la mairie s'engage également à "rendre les bornes de recharge électrique Autolib' accessibles aux Parisiens et aux Franciliens pour la recharge de leur véhicule personnel." D'après la mairie, "620 bornes de recharge électrique sont déjà présentes sur le territoire parisien, en voirie ou en parkings souterrains, utilisables avec un badge BeLib'" et seraient donc susceptibles d'être reconverties.


La mesure devrait entrer en vigueur "au début de l'année 2019". D'ici là, la mairie promet de "soutenir le développement rapide de nouveaux services d’autopartage électrique dans la capitale".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La voiture électrique, le véhicule de demain ?

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter