Paris : le premier centre humanitaire pour migrants a ouvert

DirectLCI
MIGRANTS - Le premier centre d'hébergement parisien pour migrants a ouvert ce jeudi près de la porte de la Chapelle. Annoncé par Anne Hidalgo en mai, il pourra accueillir jusqu'à 400 personnes.

Le premier centre humanitaire pour migrants de Paris, qui pourra en héberger jusqu'à 400, a ouvert ses portes ce jeudi matin.

"Le centre humanitaire est officiellement ouvert", a déclaré Aurélie El Hassak-Marzorati, directrice générale du centre situé près de la porte de la Chapelle, dans le nord de la capitale. 

Quel fonctionnement ?

Cet établissement annoncé en mai par  Anne Hidalgo, dont le centre d'accueil a les allures d'une gigantesque bulle blanche et orange de 900m2, sera l'opportunité d'accueillir et d'orienter la petite centaine de migrants qui arrive chaque jour à Paris. Ces derneirs recevront des informations sur leurs droits et le descriptif des démarches administratives à suivre pour obtenir l'asile, le tout traduit en anglais, arabe, pachtoune, dari et tigrinya. 

Les hommes isolés eux, seront hébergés sur place entre 5 et 10 jours dans huit "villages" de 50 places, puis transférés vers des centres d'accueil et d'hébergement (CAO) ou des centres pour demandeurs d'asile (Cada). Les familles elles, seront emmenées vers des endroits spécifiques avant d'être hébergées dans des hôtels ou le futur centre d'Ivry-sur-Seine, destiné aux "publics vulnérables" : des "femmes enceintes, seules ou avec un enfant de moins de trois ans", selon le porte-parole de la Mairie de Paris. En outre, cette structure devrait à terme, lutter contre la mise en place de camps dits "sauvages". Les migrants étant pris en charge et réorientés dès leur arrivée dans la Ville. 


"On va aussi leur proposer l'aide au retour volontaire", explique Didier Leschi, directeur de l'Office français d'immigration et d'intégration (Ofii). Car "il ne peut pas y avoir de concurrence des publics", estime la maire de Paris. Les personnes relevant de l'asile, les déboutés et même ceux qui souhaitent retourner dans leur pays, seront accueillis. Un concept "humaniste", destiné à faire face à la crise migratoire. Ils pourront ainsi "dormir, se laver, manger et avoir des soins dans des conditions dignes". 

Le plan de la structure

La structure complète compte la bulle d'accueil, un hall de 10 000m2 où ont été installés huit villages de 50 places. Les hommes isolés seront quatre par chambre et auront accès à un réfectoire et des sanitaires. Un autre espace sera relatif à la distribution de vêtements, de même qu'une pièce servira de pôle santé. 


"Il y une douche, un toilette et un lavabo pour huit personnes, nous sommes au-delà des normes du HCR (Haut-commissariat aux réfugiés)", a souligné Bruno Morel, responsable des Emmaüs, ajoutant que "des lavabos plus bas ont été installés pour (que les musulmans puissent, Ndlr) faire des ablutions". Au total, 120 salariés et 500 bénévoles y travailleront. Selon Europe 1, des baby-foot et des tables de ping-pong ont été installées. Au total, le projet aurait coûté environ 16,4 millions d'euros. 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter