Paris, Nantes, Bordeaux... Plusieurs villes songent à se débarrasser des feux rouges

DirectLCI
DISPARITION - La mairie de Paris envisage de supprimer les feux rouges dans plusieurs quartiers de la capitale. D'autres villes, comme Nantes, Bordeaux, Abbeville testent déjà le dispositif. Présumés dangereux, les feux tricolores provoqueraient 10.000 accidents par an.

Ils sont environ 30.000 en France et le premier a été installé en 1923.  Près d'un siècle plus tard, le feu rouge n'a plus la cote et la mairie de Paris voudrait le voir disparaître de plusieurs quartiers. Dans son "plan piéton" présenté fin janvier, la ville explique vouloir supprimer "des feux en zone 30 pour favoriser la vigilance des conducteurs".


Car, en plus d'être accusés de ralentir le trafic, les feux tricolores ont été jugés dangereux. Ils provoqueraient ainsi 10.000 accidents par an. La raison ? Ils auraient tendance à déresponsabiliser les conducteurs, qui privilégieraient leur bon droit au profit de leur bon sens.


"Les études montrent que lorsqu'on élimine les feux à certains embranchements, il y a moitié moins d'attente pour les conducteurs mais il y a surtout moins de morts car les automobilistes ont tendance à ralentir", explique au Parisien la coprésidente du groupe écologiste de Paris, Anne Souyris.

Supprimer les feux tricolores au profit des ronds-points

Ainsi, depuis les années 1990, les feux tricolores se raréfient à Nantes (Loire-Atlantique) et sont remplacés petit à petit par les ronds-points. A Abbeville (Somme), il ne reste qu'un seul feu rouge pour 24.000 habitants.


Résultat : dans les communes qui testent le dispositif, les statistiques d'accidents sont en baisse et la fluidité du trafic s'est améliorée. 


"On s'aperçoit que les ronds-points ont tendance à diminuer la vitesse des véhicules. En réduisant la vitesse, on améliore la sécurité routière. Soit parce qu'on réduit le nombre d'accidents, soit parce qu'en cas d'accident, ils sont en général beaucoup moins graves", précise à TF1 Eric Chevalier, secrétaire général délégué à la cohérence territoriale de Nantes métropole.


Par ailleurs, avec la diminution du trafic automobile en ville au profit des transports en commun, du vélo ou des zones piétonnes, les feux tricolores perdent de plus en plus de leur utilité.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter