Paris : on a visité le centre d'accueil pour SDF dans le 16e arrondissement

SOCIÉTÉ
CENTRE D’URGENCE – Contesté par une poignée de riverains, le centre d’accueil pour SDF vient d’ouvrir ses portes dans le 16e arrondissement de Paris. Nous avons pu visiter les installations prévues pour accueillir 200 personnes.

Ils sont arrivés en toute discrétion. Le centre d’accueil pour SDF du 16eme arrondissement a ouvert ses portes le 2 novembre, avec un peu d’avance sur le programme de livraison. Ce samedi midi, jour de l’inauguration, une cinquantaine de personnes – dont 24 enfants – ont d’ores et déjà déposé leurs valises dans ce bâtiment financé à hauteur de quatre millions d’euros par l’Etat.


Comme Amal, 19 ans, ils seront bientôt près de 200 à s’installer ici, en lisière du bois de Boulogne, pour quelques mois. "C’est calme, je suis contente" explique la jeune fille arrivée voilà trois jours, avec ses parents et sa petite soeur. "Le soir je fais une mise à niveau en français et ensuite je rentre tranquillement à pieds. C’est très bien." Pour elle, qui vivait jusqu’alors dans un foyer en banlieue parisienne, ce centre est l’assurance d’un nouveau départ. Une "phase de répit" selon les mots d’Emmanuelle Cosse, ministre du Logement et de l’Habitat durable, présente sur place à l’occasion de l’inauguration, aux côtés d'Anne Hidalgo, maire de Paris.

Chambres familiales de 18m2

Parce qu’elle est venue en famille, Amal est installée avec ses proches dans une chambre de 18 mètres carrés, assortie d’une petite salle de bain. Les personnes venant seules, quant à elles, dorment dans une pièce de 9 mètres carrés, avec douches collectives. 

Près des chambres, des parties communes ont été aménagées pour enfants et jeunes mamans. D’ici quelques semaines, une tisanerie verra également le jour dans les locaux. Le but : favoriser le lien social et, à l'aide de deux travailleurs sociaux, reprendre le chemin de l'insertion.

Une installation éphémère qui n’a pas vocation à rester plus de trois ans dans ce quartier très huppé de la capitale… et demeure cependant mal perçue par une poignée de riverains. Ciblé par une tentative d’incendie à la mi-octobre, le centre d’accueil était placé, ce samedi, sous protection policière. Mais ils sont peu nombreux à s’être finalement déplacés pour contester cette inauguration. Seul un habitant de l’arrondissement voisin est arrivé sur place depuis le milieu de matinée. Il nous explique "venir voir régulièrement l’avancée des travaux" et ajoute : "C’est beau, c’est trop beau. Il faudrait y loger en priorité des sans-abris français".


Sauf que l’établissement n’est pas dédié spécifiquement à l’accueil de demandeurs d’asile. "Il y aura des personnes dont la situation administrative n’est pas encore réglée, d’autres qui n’auront pas ce problème" précise Emmanuelle Cosse après sa visite. Et la ministre de rappeler : "L’hébergement d’urgence est inconditionnel".

Des militants FN aux fenêtres

Un argument qui est loin de convaincre les militants du Front national, dont une petite quarantaine s’est invitée à la fête, après le départ des politiques. Sous surveillance policière, ils ont effectué un tour du propriétaire pour "vérifier s’il s’agissait d’un centre de SDF ou de migrants", en tentant de regarder par les fenêtres du bâtiment. Avant de déployer pendant quelques minutes une banderole siglée "Français d’abord, clandestins dehors". Un rapide coup de com’ qui n’a cependant pas perturbé l’accueil des nouveaux arrivants.

En vidéo

On a visité le centre d’accueil pour SDF dans le 16e

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter