Paris : plus d'un millier de personnes évacuées du campement de migrants des jardins d'Eole

SOCIÉTÉ

SOCIETE - L'évacuation du campement de migrants installé depuis plusieurs semaines dans les jardins d'Eole (18e/19e) a débuté ce lundi matin aux alentours de 7 heures. Le millier d'occupants qui y vivent depuis plusieurs semaines devaient être conduits dans des centres d'hébergements franciliens.

Un "traitement inhumain", un "taudis", une "honte pour la France"... Associations, riverains et personnalités s'étaient indignés en découvrant il y a plusieurs semaines les conditions de vie de plus de 900 personnes installées depuis plusieurs semaines dans les jardins d'Eole dans les 18e et 19e arrondissements de Paris. 

Ce lundi matin, vers 7 heures, le campement a commencé à être évacué dans le calme. Les premiers migrants, des femmes notamment, ont commencé à monter dans les bus qui devaient les emmener dans des centres mobilisés en Ile-de-France. Ce campement comptait de nombreux Afghans, Soudanais, Somaliens et Erythréens.

Interrogée sur Europe 1 ce matin au sujet de cette évacuation, Anne Hidalgo, maire PS de Paris, a indiqué que ce n'est pas un millier mais près de 2000 personnes qui ont été évacuées ce lundi. "Il (le campement) est en cours d'évacuation et de relogement" a indiqué l'édile, sans donner de précisions sur les lieux où ces personnes seraient accueillies.

Le campement pour réfugiés très attendu

Le 31 mai dernier, Anne Hidalgo, maire de Paris avait annoncé la création d'un campement pour les réfugiés dans le nord de la capitale. L'édile PS a fait savoir que plusieurs sites étaient actuellement à l'étude pour accueillir ce campement qui pourrait être construit dans les 18e, 19e ou 20e arrondissements. 

"Aujourd'hui, l'Europe n'est pas à la hauteur de la crise humanitaire des réfugiés. Notre pays, non plus", a expliqué la maire de Paris la semaine dernière, tout en appelant l'Etat à prendre ses responsabilités dans l'accueil des réfugiés. "Paris ne restera pas sans agir en responsabilité alors que la Méditerranée devient un cimetière pour les réfugiés", a-t-elle ajouté.

EN SAVOIR + >>  Avec le printemps, les navires de migrants affluent en Méditerranée

Pour faire face aux situations de très grande précarité, la maire de Paris souhaite par ailleurs que ce camp suive le modèle du camp humanitaire de Grande-Synthe, dans le Nord, né de la volonté des ONG et du maire de la ville Damien Carême. Pour répondre aux normes du Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR), le camp doit notamment être pourvu de sanitaires de qualité : points d'eau, douches avec eau chaude, toilettes en nombre suffisant, etc. Il faudra entre un mois et un mois et demi pour que les sites puissent être habités. 

EN SAVOIR + >> Crise des réfugiés : Anne Hidalgo annonce la création d'un camp dans le nord de Paris

Lire et commenter