Paris : une plaque en hommage aux derniers homosexuels condamnés à mort vandalisée pour la seconde fois cette année

Paris : une plaque en hommage aux derniers homosexuels condamnés à mort vandalisée pour la seconde fois cette année

DirectLCI
HOMOPHOBIE - A Paris, dans le deuxième arrondissement, une plaque commémorative en hommage à Bruno Lenoir et Jean Diot, les derniers condamnés à mort pour leur homosexualité en France, a été vandalisée ce lundi 6 août. C'est déjà la seconde fois cette année qu'un tel acte se produit.

"Pour faire un enfant : je suis un homme et pas un gay." Voici les mots, imprimés en police bold extra-large, que les Parisiens du 2ème arrondissement ont pu découvrir au sol, ce lundi 6 août, sous une épaisse couche de liquide bleu ressemblant à de l'encre. En-dessous, une plaque commémorative en hommage à Bruno Lenoir et Jean Diot, les deux derniers condamnés à mort pour homosexualité, en France. 


Inaugurée en 2014 par la mairie de Paris, cette plaque rappelle en effet comment ces deux hommes ont été arrêtés puis exécutés sur la place de grève, le 6 juillet 1750, parce qu'ils étaient homosexuels. Leur mise à mort fut la dernière en France pour ce motif. 

Deuxième vandalisation en 2018

La maire de Paris Anne Hidalgo a réagi à cet acte de vandalisme sur Twitter : "Je suis choquée par cette nouvelle démonstration honteuse d'homophobie ! Cette plaque rend hommage à Bruno Lenoir et Jean Diot, derniers condamnés à mort pour homosexualité. Cet acte ne fait que renforcer notre détermination à lutter contre les discriminations." Ian Brossat, élu adjoint en charge du logement, espère quant à lui que "les vandales" "seront identifiés et condamnés".

Ce n'est pas la première fois que cette plaque commémorative est vandalisée; c'est même la seconde fois uniquement cette année. Le 17 mai dernier, les fleurs déposées par la mairie de Paris et les associations LGBT + à l'occasion de la journée internationale contre l'homophobie et la transphobie, avaient été brûlées.  A l'époque, un rassemblement avait été organisé en réaction à ce geste. Cette fois, quelle sera la réaction ? Sollicitée par LCI, la mairie de Paris n'a pas encore indiqué si elle comptait porter plainte ou non. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter