PARTI PRIS - Former les lycéens à l'oral, ce n'est pas trop tôt !

DirectLCI
ÉDUCATION - En 2021, en plus des habituelles épreuves écrites, le baccalauréat comportera un grand oral. Une épreuve qui fait peur aux lycéens français, peu formés à l’éloquence. Mais selon l’avocat et professeur d’art oratoire Bertrand Perier, cela leur fera le plus grand bien pour la suite de leur vie et de leur carrière professionnelle. Regardez son "Parti pris".

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer l’a confirmé mercredi 14 février : la nouvelle formule du baccalauréat, qui entrera en vigueur en 2021, comportera un grand oral d’une durée de 20 à 30 minutes. Une perspective qui fait plutôt peur aux lycéens. En effet, la France donne une place importante à l’écrit, et les élèves ne sont pas formés à parler en public et à argumenter à l’oral au cours de leur scolarité. 


Pourtant, pour Bertrand Périer, avocat et professeur d’art oratoire, cela est essentiel. Puisque les élèves auront à parler devant un maître de stage, un futur employeur ou un professeur, autant qu'ils y soient formés dès le plus jeune âge. 

Gommer les inégalités sociales

Certains mettent en avant le fait que cette épreuve accentuera les inégalités sociales entre les élèves, ceux issus d'un milieu favorisé étant a priori plus entraînés à parler à l'oral que les autres. Mais Bertrand Perier estime que de toute façon "nous sommes tous inégaux" lorsqu'il s'agit de parler à l'oral, et que le fait de s'entraîner au lycée permettra de gommer ces inégalités dans l'enseignement supérieur.


Enfin, celui qui est professeur d'art oratoire donne quelques conseils aux élèves pour bien appréhender et réussir cette épreuve. Ils doivent apprendre à être à l'aise avec son corps, à bien respirer, à organiser leurs arguments. Pour lui, l'oral doit être une compétence maîtrisée par les lycéens, au même titre que l'envoi de SMS et de photos via Snapchat !

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter