VIDÉO -Pas d'âge pour "YouTuber" ? Ils ont 10 ou 40 ans, 3 exemples de YouTubeurs heu-reux

SOCIÉTÉ
DirectLCI
RASSEMBLEMENT – Pour sa deuxième édition, le salon Video City réunit 250 YouTubeurs français. En 2016, le salon avait attiré plus de 25.000 visiteurs. Squeezie, Norman, Cyprien, EnjoyPhoenix... Les plus connus ont la vingtaine mais à bien y regarder, il n'y a pas d'âge pour YouTuber. Découvrez le portrait d’Une Ptite Jajoux, 11 ans, de "Dans Ton Corps", 43 ans, et de "Papa en Cuisine", 40 ans.

Des milliers de visiteurs sont attendus les 8 et 9 avril à la Porte de Versailles à Paris. 250 Youtubeurs ont répondu présents pour la deuxième édition du salon Video City. Ce meet-up géant espère permettre à près de 40.000 fans de rencontrer leur idole. Norman, Cyprien, Squeezie ou encore EnjoyPhoenix, les YouTubeurs les plus suivis ont presque tous la vingtaine. Presque … Cette année, la plus jeune a 11 ans, d’autres affichent la quarantaine.

"Choquée" de sa réussite

Janelle 11 ans Chaîne : "Une p'tite Jajoux", lifestyle Nombre d'abonnés : 271 000

Elle parle à plus de 265.000 abonnés et pourtant à quelques jours du salon, Janelle ne cache pas son stress. À 11 ans, elle sera la plus jeune des YouTubeurs. "Hyper contente et choquée à la fois" d’être conviée à cet événement, elle se réjouit de pouvoir rencontrer ses fans pour la première fois mais aussi les grands, ceux qu’elle-même suit depuis des années. 


Elle a créé sa chaîne "Une Ptite Jajoux" il y a un peu moins de deux ans. Toute seule depuis sa chambre, elle y parle mode,  beauté et divertissement. "J’essaie toujours de faire rigoler les gens, de donner de la joie à mes abonnés". 


Étonnés par cette soudaine notoriété, ses parents la soutiennent dans son projet. Ils sont surtout très fiers de sa maturité. Janelle a beau être en sixième, elle garde les pieds sur terre. "Pour l’instant YouTube n’est qu’un plaisir, l’école passe avant", assure l’adolescente. D'ailleurs, elle avoue ne pas encore savoir ce qu’elle veut faire plus tard. 

Le pari de mettre de l'humour dans les histoires de santé

Julien Ménielle 43 ans "Dans ton corps" Nombre d'abonnés : 321 000

Tel un George Clooney des YouTubeurs, Julien Ménielle affiche fièrement ses cheveux poivre-et-sel. À bientôt 43 ans, il est l’un des doyens du salon et pour lui, il n’y a pas d’âge pour être sur YouTube. "J’ai des choses à raconter et ceux qui me regardent sont de tous âges". 


D’abord infirmier puis rédacteur en chef chez 20minutes, il décide d'utiliser cette double compétence et crée "Dans Ton Corps", une chaîne où il mêle santé et humour. Il parle ainsi du sida, de la masturbation mais répond aussi à la question : "Pourquoi les hommes urinent sur la cuvette". "J’espérais que ça fonctionnerait rapidement, je savais que j’allais pouvoir compter sur mes camarades dans le milieu [Cyprien notamment] mais aussi parce qu’il s’agit de sujets concernants et qu’il y avait un créneau très peu exploité". 


Le salon Video City ? Il a hâte d’y être. Pour lui c’est une "sorte de reconnaissance", un signe qu’il a réussi sa reconversion. Ce métier d’auteur-comédien-vidéaste ne lui rapporte pourtant qu’environ 500 euros par mois. Il espère néanmoins pouvoir vivre un jour de sa chaîne et de ses activités parallèles de comédien et écrivain.  

Ne pas frustrer les apprentis cuisiniers

Oliver 40 ans Papa en Cuisine Nombre d'abonnés : 2350

"Je ne sais pas si c’est la crise de la quarantaine mais j’avais envie de changer de vie". Chef d’entreprise, Olivier décide de tout arrêter du jour au lendemain. Il prend du temps pour s’occuper de ses enfants. C’est en leur préparant à manger qu’il a l’idée de filmer ses recettes et de les mettre en ligne. Il crée alors "Papa en Cuisine". Et perd 20 kilos par la même occasion. 


Olivier dit trouver l’inspiration... dans son frigo. Il fait en sorte de proposer des recettes accessibles, qui ne créent pas de frustration. Pour lui, peu importe le niveau de ses abonnés, il faut que leurs plats soient aussi bien réussis que ce qu’il montre. 

Il est l’un des rares YouTubeurs qui parvient à gagner sa vie sans avoir des centaines de milliers de "followers". Il cultive la transparence et n’hésite pas à parler des placements de produits qui lui permettent de vivre. "J’ai un certain impact qui fait que j’ai beaucoup de marques qui me sponsorisent". 


Il se lève à 5 heures du matin pour essayer de répondre à tous ses messages. "Je pourrais me passer de cigarettes mais pas de mon téléphone !", plaisante-t-il. Ses abonnés occupent une place importante dans sa vie, le salon Video City est pour lui un accomplissement. "Cet événement est phénoménal. Y participer, c’est à la fois une récompense et un honneur de rencontrer les gens qui me suivent sur les réseaux sociaux".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter