Contrôles au faciès du pass sanitaire : les accusations d’une députée LFI font bondir la SNCF

Contrôles au faciès du pass sanitaire : les accusations d’une députée LFI font bondir la SNCF

POLÉMIQUE - La direction de la SNCF et des représentants de cheminots sont montés au créneau après un tweet de la députée insoumise Mathilde Panot, accusant le transporteur de multiplier les contrôles au faciès au moment de vérifier le pass sanitaire des voyageurs.

"Nous contrôlerons de façon plus vigilante et accrue les Arabes et les Noirs", suivi du hashtag "#TraduisonsLes" : le message de la députée insoumise Mathilde Panot, publié le jeudi 23 juillet sur Twitter, a été partagé près d’un millier de fois mais a aussi déclenché une avalanche de réactions indignées. La vice-présidente du groupe LFI à l'Assemblée relayait une information du compte Twitter Mediavenir sur la possibilité de voir la SNCF mettre en place des contrôles aléatoires du pass sanitaire. 

Ce tweet a provoqué de nombreuses réactions sur la plateforme, dont celle de l'utilisateur "Cheminot", qui a invité la députée à "supprimer ce tweet, s'excuser et s'expliquer", en faisant valoir que "la SNCF c'est les cheminots qui la font (...) qui continuent de subir comme d'autres", tandis que "les fachos, on ne les aime pas bien chez nous, depuis toujours".

En réponse, l'élue du Val-de-Marne a assuré qu'elle ne mettait "pas en cause les cheminots avec qui" elle a "partagé et partage tant de combats, mais bien la direction de la SNCF" et le gouvernement. Citant le Défenseur des droits, elle a affirmé que "les personnes perçues comme noires ou arabes ont 20 fois plus de risque de se faire contrôler".

Une direction qui lui a également répondu. Toujours sur Twitter, le PDG de SNCF Voyageurs, Christophe Fanichet, a dit vendredi "s'associe(r) à tous les cheminots qui sont offensés" par le tweet de la députée insoumise. "Nous sommes au service de tous et profondément attachés aux valeurs républicaines. Je suis à votre disposition pour vous présenter notre travail sur le pass sanitaire", a ajouté le responsable

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

L'Unsa ferroviaire, deuxième syndicat représentatif à la SNCF, a jugé pour sa part que "ce propos de la part d'une députée est absolument scandaleux" et constituait "une insulte envers les cheminots qui exercent leur métier chaque jour dans le respect strict de la déontologie et de l'éthique"

Seuls certains trains ciblés, mais "contrôlés entièrement"

De son côté, Erik Meyer, un des secrétaires fédéraux de SUD-Rail (troisième syndicat) a estimé auprès de l'AFP qu'il s'agissait "sans doute (d')un dérapage" de la députée. Selon lui, ces contrôles des pass sanitaires des voyageurs seront "aléatoires mais massifs", avant de préciser : "Ça veut dire que c'est juste certains trains qui seront ciblés mais contrôlés entièrement avant l'embarquement ou contrôlés entièrement à bord s'il y a une équipe prévue à bord". "Les contrôles aléatoires individuels ne sont pas prévus. Les cheminots ne participeraient pas à des contrôles au faciès", a-t-il assuré.

Dès la publication du tweet initial de Mme Panot, le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, avait répondu sur Twitter en publiant une photo du chef de file de LFI, Jean-Luc Mélenchon, la main sur le front et l'air abasourdi.

Lire aussi

La polémique survient en plein débat à l'Assemblée et au Sénat sur l'adoption d'un nouveau projet de loi anti-Covid avec à la clef l'extension du pass sanitaire. Celui-ci devrait être contrôlé uniquement dans les transports longue distance, à compter de début août. 

Ces contrôles pourront avoir lieu à quai, à l'embarquement mais aussi à bord, même à l’arrivée, a révélé le PDG de SNCF Voyageurs sur RTL le 22 juillet. "Il y aura des contrôles partout et à tout moment", a assuré Christophe Fanichet, rappelant que le masque et le billet de transport feront toujours l’objet d’un contrôle. 

Outre les cheminots, la SNCF devrait aussi compter sur l’appui des forces de l’ordre, selon le responsable. Des discussions sont en cours avec Jean-Baptiste Djebarri, le ministre des Transports, pour définir les contours de ces contrôles. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

La crise des sous-marins fait peser un poids sur l'avenir de l'Otan, prévient Jean-Yves Le Drian

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de nouveaux cas en baisse de 22% sur une semaine

Hautes-Pyrénées : un mort et deux blessés graves lors d'une rixe entre bikers à Tarbes

EN DIRECT - Afghanistan : l'Iran met en garde contre une menace terroriste à ses frontières

Afghanistan : des véhicules des forces talibanes attaqués à la bombe, au moins deux morts et 19 blessés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.