Reims : une enquête ouverte pour agression sexuelle contre un prêtre après des plaintes de scouts

La cathédrale de Reims lors du premier confinement, le 17 mars 2020.

PÉDOCRIMINALITÉ - Le parquet de Reims a annoncé avoir ouvert lundi une enquête pour agression sexuelle sur mineurs suite aux témoignages de deux scouts. Dans des courriels distincts, ils disent avoir été victimes des agissements d'un prêtre à la fin des années 90.

Lorsqu'il a appris que le prêtre aumônier était toujours en activité, l'ancien scout a décidé de parler. Une enquête pour agression sexuelle sur mineurs, menée par la police judiciaire (PJ), a été ouverte suite à un courriel envoyé le 21 octobre par un ex-scout. Âgé d'une quarantaine d'années, il dénonce des attouchements en 1999 de la part d'un prêtre aumônier. Il a également envoyé son courrier électronique à l'archevêque de Reims et au journal L'Union. "Les premières investigations ont commencé ce lundi", a indiqué le procureur, Matthieu Bourrette, lors d'une conférence de presse.

Le même jour, le parquet recevait le témoignage d'un second plaignant d'une quarantaine d'années, également par courriel, affirmant "qu'il avait été victime du même prêtre à plusieurs reprises entre 1996 et 1999", selon le procureur. "Aucune précision n'était donnée sur la nature des faits dénoncés", ajoute-t-il.

Toute l'info sur

Le rapport Sauvé révèle l'ampleur de la pédocriminalité dans l'Église de France

"J'ai sollicité que les plaignants soient entendus au plus vite afin de pouvoir apprécier la nature exacte des faits, leur fréquence", explique Matthieu Bourrette qui évoque "une affaire complexe" exigeant "la plus grande prudence". "Ces éléments doivent me permettre de qualifier au mieux les faits et de vérifier" s'ils "doivent être ou non prescrits", ajoute-t-il.

 "Je ne serais pas surpris qu'il y ait d'autres plaignants", a confié le procureur de Reims. "D'autres victimes sont prêtes à être entendues."

Le parquet accusé d'"inaction" par l'Église

Le parquet s'est par ailleurs défendu des accusations d'inaction à la fin des années 90 et au début des années 2000. "Mon parquet et moi-même n'avons été avisé de ces faits pour la première fois que le 21 octobre 2021", répond Matthieu Bourrette.

Contacté par l'AFP, l'archevêque de Reims Mgr de Moulins-Beaufort a cependant affirmé dans un communiqué qu'en janvier 2000, "les parents d'un scout" étaient entré en relation avec Mgr Jordan, l'archevêque de l'époque, lequel avait téléphoné "dès le lendemain au procureur général près la cour d'appel de Reims". Selon lui, le procureur général avait alors recommandé d'interdire au prêtre concerné tout ministère auprès des jeunes. Selon l'archevêché, des mesures conservatoires avaient été prises dès 1999 contre ce prêtre. Il a en outre été suspendu "de toute célébration sacramentelle publique" et "n'a plus aucune mission pastorale" depuis 2019.

Lire aussi

Cette nouvelle enquête intervient quelques jours après la publication du rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Église catholique, évaluant à 216.000 le nombre d'enfants et d'adolescents victimes de clercs et de religieux depuis 1950.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Variant Omicron : 13 cas détectés parmi les passagers qui ont atterri aux Pays-Bas

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

EN DIRECT - Crise des migrants : les ministres européens réunis ce dimanche sans leur homologue britannique

Covid-19 : les six millions de non vaccinés se laissent-ils convaincre ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.