Alpes-Maritimes : malgré l'opposition de certains parents, un collège sera baptisé Arnaud Beltrame

DirectLCI
SYMBOLE - Un collectif de parents d’élèves de Pégomas s’oppose à ce que le nouveau collège de la commune soit baptisé Arnaud Beltrame, pour des raisons de sécurité. Le président du Conseil départemental a toutefois confirmé qu'il portera le nom du gendarme héroïque lors des attentats de Carcassonne et Trèbes.

La décision se voulait symbolique, mais est devenue source d’inquiétude pour un collectif de parents d’élèves. Elle a toutefois été confirmée lundi par le président des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy, dans un courrier aux parents : le collège de Pégomas sera baptisé du nom d’Arnaud Beltrame, le colonel de gendarmerie tué dans l’attentat de Trèbes il y a un mois.


"Le geste héroïque de cet officier de gendarmerie (...) a donné un visage aux valeurs de liberté, d'égalité et de fraternité. (...) Le fait qu'un collège porte son nom permettra d'en rappeler l'importance de manière positive et concrète", explique-t-il dans son courrier.

"Cible potentielle"

S’ils ne remettent pas en cause l’acte héroïque du militaire (il avait pris la place d'un otage), les membres du collectif s’inquiètent des répercussions que pourraient engendrer cette dénomination à forte teneur symbolique. "Au-delà de l’émotion que l’acte de sacrifice de ce gendarme suscite, le collège de Pégomas, avec cette identité, devient potentiellement une cible à des attaques criminelles", expliquent les parents d’élèves dans Nice-Matin.

En vidéo

Arnaud Beltrame : l'hommage national

Ce choix est angoissant, symbolique de la mort d’un homme dans un contexte de menace terroristeLe collectif de parents d'élèves

"Ce choix est angoissant, symbolique de la mort d’un homme dans un contexte de menace terroriste. Les enfants de 10 à 14 ans ont le droit d’étudier et de grandir sans ce poids permanent sur les épaules." Le collectif poursuit en considérant que "le nom d’un établissement ne doit pas être choisi dans l’immédiateté de l’émotion et de l’actualité", estimant que "l’Histoire compte beaucoup d’autres héros reconnus comme des modèles possibles par la jeunesse".


"Aujourd'hui, nous voulons calmer le débat, le nom est entériné", a indiqué à l'AFP une porte-parole de ce collectif. "Nous voulions dire qu'on était inquiets car l'Etat islamique lui-même a appelé à viser les établissements scolaires et nous avons eu le courage de le dire", a ajouté cette représentante du collectif, qui aurait préféré donner au collège le nom de "Rose centifolia", une fleur cultivée dans cette vallée proche de la ville de Grasse.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter