Permis de conduire en ligne : Ornikar va-t-il "uberiser" les auto-écoles ?

SOCIÉTÉ
INNOVATION – La start-up française Ornikar, qui s'est spécialisée dans l'apprentissage du code en ligne, lance à partir du 1er septembre une nouvelle offre en proposant un permis dématérialisé, à moindre coût. Comment ? En mettant directement en contact candidats et moniteurs indépendants via une plate-forme sur internet. De quoi faire grincer des dents du côté des auto-écoles.

D'un côté, entre 40 et 45 euros l'heure de conduite. De l'autre, un prix fixe à 34,90 euros l'heure. Ornikar, petite start-up française, a décidé de s'immiscer dans le débat du permis de conduire trop cher en proposant à partir de la rentrée une offre de permis dématérialisé. L'examen organisé par la préfecture restera, lui, toujours aussi réel. Seul changement, le candidat ne passera plus par la case auto-école pour prendre ses leçons.

Des moniteurs indépendants

Depuis février, Ornikar proposait déjà cette formule pour le code de la route, qui a séduit 4.500 apprentis. L'entreprise veut désormais passer la vitesse supérieure en proposant aux candidats de retenir ses heures de conduite avec un moniteur indépendant sur une plate-forme en ligne. Les élèves pourront voir quels moniteurs sont disponibles, leur donner rendez-vous et payer le tout directement sur le site. La leçon peut ensuite se dérouler dans la voiture à double pédale fournie par le moniteur. Seule contre-partie, ils devront passer leur examen en candidats libres, impliquant des délais plus longs.

Alors que les pré-inscriptions sont d'ores et déjà ouvertes, la formule sera officiellement lancée le 1er septembre, à Nantes uniquement dans un premier temps. "L'élève doit obligatoirement être détenteur du code, le formulaire d'obtention lui sera réclamé", insiste Coralie Hsieh, responsable de la communication chez Ornikar. Côté moniteur, tous sont diplômés et sont des travailleurs indépendants. " Une rencontre est organisée entre les enseignants et nos équipes où ils doivent nous fournir leur diplôme et leur autorisation d'enseigner", poursuit Coralie Hsieh.

"Salariés jetables"

Pourtant du côté des auto-écoles, la formule ne passe pas. "Ornikar lance des choses illégales", tempête Philippe Colombani, le président de l'Union Nationale des Indépendants de la Conduite. Pour lui, l'offre d'Ornikar est tout simplement de "la concurrence déloyale". "Cette entreprise ne joue pas avec les mêmes règles que nous, poursuit-il. Elle ne paie pas de charges sociales, ne paie pas la TVA." Pis, Ornikar détruirait le système de salariat. "Ces moniteurs sont de faux indépendants, détaille Philippe Colombani. Au final, ils sont salariés d'Ornikar mais sans les avantages. On crée des salariés jetables."

Du côté d'Ornikar, on nuance. "Tant que ce ne sera pas officiellement lancé, on entendra beaucoup d'amalgames", explique la responsable communication. Et de conclure : " Nous voulons moderniser un système qui n'est pas bien fait pour donner plus de place à l'élève ainsi qu'à l'enseignant et à sa pédagogie."

A LIRE AUSSI
>> Changer d'auto-école : le transfert de dossier bientôt gratuit
>> Ce que prévoit la réforme du permis de conduire

Sur le même sujet

Lire et commenter