Sport en lieux clos : le masque Décathlon bientôt commercialisé

Sport en lieux clos : le masque Décathlon bientôt commercialisé

ESPOIR - L'enseigne de sport française va pouvoir pour démarrer la production de son masque dédié à l'activité physique en milieu couvert. Son prototype coche en effet toutes les cases du référentiel fraichement publié par l'Association française de normalisation (Afnor).

C'est le fruit de recherches et travaux entamés en juin. La production du masque barrière Décathlon dédié à la pratique sportive en milieu clos va pouvoir démarrer, ce dernier cochant toutes les cases du cahier des charges publié le 13 février par l'Association française de normalisation (Afnor). Sa commercialisation pourrait commencer dans les toutes prochaines semaines, le mois de mars étant même évoqué.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Objectif ? Permettre aux sportifs de renouer avec une activité physique en milieu couvert muni d'une protection lavable "grand public" de catégorie 1, alliant confort et sécurité. De quoi raviver l'espoir alors que les salles de sport sont fermées depuis l'automne.

Trois caractéristiques fondamentales

"Le premier prototype de Decathlon est conçu à partir d’un complexe de tissus (propre à Decathlon) en polyester recyclé, déjà utilisé lors de la conception d’autres produits. Les composants ont été adaptés et retravaillés, avec un jeu de brides (élastiques et boucles de réglage) pour assurer un maintien optimal lors des mouvements", souligne dans un communiqué le géant français du matériel de sport. Fin 2020, ce dernier a été présenté au Ministère des Sports et à l’AFNOR, en mettant l'accent sur trois caractéristiques fondamentales, à savoir la filtration du masque (catégorie 1), la respirabilité et le maintien et la gestion de l’humidité. 

Il reste, à ce jour, "quelques étapes à valider avant la phase de commercialisation que nous souhaitons proche", a indiqué Mathilde Geerts, cheffe de projet masque sportif Décathlon, à France 3 Hauts-de-France, évoquant notamment l’homologation du masque, misant sur la fin du premier trimestre 2021. Le moment venu, le masque sera proposé en plusieurs tailles adultes et destiné à diverses disciplines sportives (d’extérieur et en salle), est-il en outre précisé, ce dernier étant "lavable au minimum 10 fois", conformément au référentiel. 

Pas synonyme de réouverture systématique des salles

La ministre des Sports Roxana Maracineanu a toutefois rappelé que la commercialisation de tels masques n'était pas synonyme de réouverture systématique des salles de sport. "Dès que la situation sanitaire permettra de reprendre le sport dans des lieux fermés, c'est important que l'on ait les outils comme ces masques pour ne plus les refermer", a-t-elle indiqué samedi 13 février. "Ce travail autour du masque sport est déjà en soi une belle avancée, c'est une coopération entre Décathlon, l'USC et le ministère des Sports", avait-elle déjà eu l'occasion de réagir fin janvier, insistant sur le fait que le "sport est une activité essentielle pour la santé des Français". Et de poursuivre : "Je ne peux que soutenir une initiative comme comme celle-là, car c'est un outil de retour au sport, qui permettra aux salles de sport notamment de pouvoir rouvrir" et à leurs utilisateurs d'être "protégés comme quand on va dans un magasin ou dans les transports"

Lire aussi

Pour rappel, seule la pratique du sport en extérieur est autorisée actuellement mais réduite à néant le soir en raison du couvre-feu généralisé à 18h. Gymnases et piscines sont fermés depuis fin octobre aux adultes, et aux mineurs depuis la semaine dernière, après une très brève reprise fin novembre pour l'extérieur et le 15 décembre en intérieur. Les salles de sport sont fermées depuis plusieurs mois. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

" J'ai 30.000 euros de dettes" : ces travailleurs ruinés par la crise du Covid

Lire et commenter