Photo d'une césarienne censurée par Facebook : "Un reflet très triste de notre société"

SOCIÉTÉ
DirectLCI
MATERNITE – Le cliché d'une maman arborant la cicatrice récente d'une césarienne a suscité de vives réactions sur Facebook, avant d'être retirée par le réseau social. La photographe déplore pour metronews ce déchaînement de violentes réactions.

Un bébé de trois jours lové contre les cuisses de sa maman. Au niveau du bas ventre, la cicatrice récente d'une césarienne. Ce cliché, posté le 11 août sur la page Facebook de Helen Aller, une photographe britannique, est devenu viral en seulement quelques jours. Partagé plus de 65.000 fois sur le réseau social, il a également provoqué une cascade de violentes réactions.

Pourtant, le message initial qui accompagnait la photo n'avait rien de polémique : "J'ai photographié la grossesse de cette mère qui m'a raconté qu'elle serait terrifiée de devoir recourir à une césarienne lorsque son enfant naîtra. La semaine dernière, quand le moment est venu, l'accouchement a été compliqué et on a dû procéder à une césarienne en urgence. Elle m'a demandé de faire une photo montrant que son pire cauchemar a permis de lui sauver la vie, et celle de sa fille."  Mais voilà, pour de nombreux internautes, l'image relève de la pornographie. Signalée à de nombreuses reprises, la photo est supprimée dix jours plus tard, par Facebook .

A LIRE AUSSI
>> Cet enfant rejette ses cicatrices, Facebook le rassure
>> La photo d'une femme atteinte d'une maladie de peau censurée sur Facebook

Toujours un tabou

Metronews a contacté l'auteure de cette image. Pour Helen Aller, c'est de la censure pure et simple. "Je suis outrée du comportement de Facebook. La photo a d'abord été jugée acceptable, mais une fois qu'elle a été partagée dans le monde, Facebook l'a retirée. Le plus triste, c'est que ça a aussi supprimé  toutes les belles histoires partagées dans les commentaires par de nombreuses femmes."

Car la pratique de la césarienne, qu'elle soit pratiquée en urgence ou programmée à l'avance, reste toujours un sujet tabou. "J'ai été très surprise par ces réactions, poursuit la photographe. Ça me rend triste de voir que tant de femmes ne se sentent pas à l'aise avec leur césarienne. Clairement, cette polémique en dit long sur notre société. Comment des gens peuvent penser que cette photo est pornographique alors que l'on voit des images violentes tous les jours dans les médias ? C'est un reflet très triste de notre société." Le jour même de sa suppression, Helen Aller a publié de nouveau sa photo sur Facebook, accompagnée du hashtag (mot-clef) #fbstopcensoringmotherhood. Soit, littéralement, "Facebook, arrête de censurer la maternité". Le cliché est toujours en ligne sur sa page.

Reste que cette polémique, au final, encourage la photographe à continuer à travailler sur les différents types de grossesses. "Je considère que cela peut devenir un projet pour l'année prochaine, après avoir vu combien cette photo a pu - au-delà des critiques - rassurer plein de femmes à travers le monde. Si un tel projet peut aider ne serait-ce qu'une femme à mieux accepter son corps, alors ça aura valu toute cette polémique."

A LIRE AUSSI >> Césarienne forcée en Angleterre : une telle affaire est-elle possible en France ?

Sur le même sujet

Lire et commenter