PHOTOS - Charlie Hebdo : la marche républicaine à Paris vue de l'intérieur

PHOTOS - Charlie Hebdo : la marche républicaine à Paris vue de l'intérieur

1/10 Cédric, commercial en banlieue parisienne : "Je suis Charlie car Charlie, c’était la liberté d’expression. Il fustigeait tout ce qui n’allait pas dans cette France. Sans être un lecteur acharné, je suivais leurs dessins sur les réseaux sociaux et ils me

Vincent Isoré / Metronews

2/10 P { margin-bottom: 0.21cm; } Jane, 11 ans, écolière à Sucy-en-Brie : "Je suis Charlie pour montrer qu’on a le droit de dire ce qu’on pense. Et on ne va pas s’arrêter simplement parce qu’il y a eu un meurtre. Je suis avec les journalistes, et tout ceux qu

Vincent Isoré / Metronews

3/10 Dominique, 60 ans, artisan à Paris : "On est Charlie car on se sent concernés. Ce sont des compatriotes avec lesquels je n’ai pas toujours été d’accord, mais je veux condamner cet acte. Que ce soit des dessinateurs relativement connus ou des simples clie

Vincent Isoré / Metronews

4/10 Laure, 35 ans, architecte à Paris : "Je suis Charlie car il défendait des principes qui sont les miens. Il y a eu une atteinte grave. Mon inquiétude ? Je l’ai résumé sur mon panneau : "Oui à liberté d’expression, non à la récupération politique". Est-ce

Vincent Isoré / Metronews

5/10 Jacky, 64 ans, retraité à Mantes-la-Jolie : "Je suis Charlie car je suis pour la liberté de la presse, pour la liberté d’expression et la démocratie. Je l’ai lu et même si je n’était pas toujours d’accord avec eux ,je ne veux pas qu’on y touche.Il y aura

Vincent Isoré / Metronews

6/10

Vincent Isoré / Metronews

7/10

Vincent Isoré / Metronews

8/10

Cerise Sudry-Le Dû / Metronews

9/10

Vincent Isoré / Metronews

10/10

Vincent Isoré / Metronews

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Retour à l'école, fin des 10 km, ouverture des terrasses... les dates à connaître pour les prochaines semaines

EN DIRECT - Covid-19 : toujours près de 6000 patients en réanimation

Dormir six heures ou moins entre ses 50 et 70 ans renforcerait le risque de démence

L'étonnante décision de Peugeot face à la pénurie de semi-conducteurs

Rentrée scolaire et allégement progressif des restrictions au menu d'un nouveau conseil de Défense