PHOTOS - De la mort de Kobe Bryant à l'accord post-Brexit, retour sur une année si particulière

PHOTOS - De la mort de Kobe Bryant à l'accord post-Brexit, retour sur une année si particulière

DANS LE RÉTRO - Noël terminé, beaucoup d'entre nous trépignent désormais d'impatience à l'idée de tourner la page de l'année 2020, synonyme de nombreuses mauvaises nouvelles. Mais pas que. Rétrospective en images.

Pour beaucoup, 2020 n'aura été qu'une succession de mauvaises nouvelles. Entre la pandémie de Covid-19, la crise sociale et économique et les catastrophes naturelles, le tableau paraît effectivement bien sombre. Le magazine Time l'a même récemment baptisée "pire année de l'Histoire". Fort heureusement, quelques (rares) bonnes nouvelles sont cependant venues éclaircir le tableau, d'une noirceur rarement observée. 

À moins d'une semaine du Nouvel an, on rembobine, photos à l'appui, les douze mois qui viennent de s'écouler.

Toute l'info sur

Le monde commence à se vacciner contre le Covid-19

Janvier : fin des incendies en Australie, mort de Kobe Bryant et début de la pandémie

Les flammes ne se sont éteintes qu'en janvier 2020. Depuis le mois de novembre 2019, l'Australie, qui connaissait une canicule, était dévorée par de gigantesques incendies. En trois mois, ils ont brûlé une superficie plus grande que le Portugal, tuant ou forçant le déplacement de près de 3 milliards d'animaux. 40% des forêts de l'île Fraser, la plus grande île de sable au monde, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, ont également été détruites.

Le 26 janvier, par un matin brumeux, Kobe Bryant, 41 ans, sa fille Gianna, âgée de 13 ans, ainsi sept autres personnes ont perdu la vie dans un accident d'hélicoptère survenu à Calabasas, près de Los Angeles. L'ex-basketteur des Lakers et quintuple champion NBA est pleuré dans le monde entier.

Le 11 janvier, après l'apparition d'une mystérieuse pneumonie en Chine, Pékin annonce le premier mort officiel d'une maladie ultérieurement baptisée Covid-19. Cette photo a été prise le 30 janvier à Wuhan, ville située à l'est du pays et qui serait le berceau de ce virus. Elle montre deux hommes en tenue de protection aux côtés du corps d'un homme âgé et masqué. Il est mort dans la rue, non loin de l'hôpital de Wuhan. Le lendemain, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) déclare une urgence de santé publique de portée internationale, après que la Chine ait rapporté la mort de 213 personnes du Covid-19 - appellation qui sera donnée à la maladie quelques jours plus tard - et près de 10.000 infections et que d'autres cas ont été reportés un peu partout sur la planète. Cette flambée épidémique sera qualifiée de pandémie par l'OMS le 11 mars.

Mars : la France face à la première vague de Covid-19

Au pic de la première vague de Covid-19 en France, les services de soins intensifs des hôpitaux saturent. Plus de 1.900 patients se trouvent dans un état grave. Pour se désengorger, les établissements entreprennent des transfert de malades dans les régions les moins touchées. Le 1er avril, 36 patients franciliens issus de 10 hôpitaux différents sont envoyés vers la Bretagne, relativement épargnée, par TGV. Une mission qui s'avère délicate du fait de l'état de ces malades. Sur la photo, un médecin surveille par la fenêtre du train le cours des opérations avant son départ, gare d'Austerlitz. 

Mai : la mort de George Floyd révolte la planète entière

Le 25 mai, George Floyd, un quadragénaire noir américain, meurt asphyxié à Minneapolis après avoir été maintenu de longues minutes sous le genou d'un policier blanc. Les images virales où on l'entend dire qu'il "ne peux pas respirer" déclenchent des manifestations émaillées de violences d'une ampleur inédite depuis les années 1960, réclamant des réformes contre la violence policière et la fin des inégalités raciales sous la bannière Black Lives Matter (les vies des Noirs comptent, ndlr). Sur la photo, un manifestant se tient debout, le poing levé, devant un bâtiment incendié en marge d'une manifestation à Minneapolis. Les protestations essaiment dans le monde. Ce 25 décembre, 96 personnes noires ont été victimes d'un policier depuis George Floyd aux États-Unis.

Août : explosion meurtrière à Beyrouth

Le 4 août, une gigantesque explosion fait plus de 200 morts et au moins 6500 blessés à Beyrouth. La déflagration a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt du port de Beyrouth abritant des tonnes de nitrate d'ammonium sans précaution. Le port de Beyrouth et plusieurs quartiers de la capitale libanaise sont détruits, mettant dans le même temps à terre une économie déjà aux abois. Quatre mois après, la reconstruction est au point mort. Le chef du gouvernement libanais démissionnaire, Hassan Diab et trois ex-ministres ont été inculpés de négligence.

Août toujours : l'Amazonie ravagée par les flammes, la Manche prise d'assaut par les migrants

En douze mois, et jusqu'en août dernier, 11.088 km² de forêt amazonienne ont été détruits, selon l'Institut National de Recherches spatiales (INPE) brésilien, qui a rendu publiques ses données ce mois de décembre. La surface déboisée est plus large que la Jamaïque, et a augmenté de 9,5% par rapport à l'an dernier, quand la déforestation avait déjà battu un record sur une dizaine d'années. La déforestation en Amazonie brésilienne a, en 2020, atteint son plus haut niveau depuis douze ans.

"En raison d'une telle déforestation, le Brésil est probablement le seul émetteur majeur de gaz à effet de serre qui a réussi à augmenter ses émissions pendant une année au cours de laquelle l'économie mondiale était paralysée", a estimé l'Observatoire du climat, un collectif d'ONG au Brésil.

Selon les autorités françaises, le nombre de migrants traversant la Manche dans de petits bateaux pneumatiques a grimpé en flèche au cours de l'été 2020. Quelque 6200 migrants ont tenté la traversée entre le 1er janvier et le 31 août 2020, contre 2294 migrants pour l'ensemble de l'année 2019. En tout, ce sont des centaines de policiers et gendarmes qui sont mobilisés chaque jour pour tenter de contrer ces traversées et secourir les migrants à la dérive. En octobre, un vaste réseau de passeurs a été démantelé. Cinq personnes ont été mises en examen en France.

Septembre : des incendies spectaculaires en Californie

Le 9 septembre, San Francisco et d'autres régions de l'Ouest américain se sont réveillés sous un ciel orange digne d'une scène d'apocalypse. Cinq des six plus gros incendies de l'histoire de la Californie ont ravagé 1,6 million d'hectares depuis le mois d'août, favorisés par des températures record. Au moins une dizaine de domaines de ce paradis viticole ont également brûlé. La fumée, particulièrement dense, a traversé tout le pays et l'Atlantique, jusqu'en Europe.

Octobre : crues meurtrières dans les vallées de la Vésubie et de la Roya

Provoquées par le passage de la tempête Alex, d'importantes crues sont survenues le 2 octobre dans certaines parties des vallées de la Vésubie et de la Roya, dans l'arrière-pays niçois. Elles ont littéralement été dévastées, certaines maisons ayant tout bonnement été rayées de la carte. Neuf personnes sont mortes, et neuf autres ont disparu. Des travaux colossaux de reconstruction des routes, de ponts, des réseaux d'eau et d'électricité, sont nécessaires pour un coût estimé par le député et vice-président du conseil départemental (LR) Éric Ciotti de deux milliards d'euros.

Novembre : Joe Biden élu président aux États-Unis

Mettant fin à quatre jours de suspens, les médias américains ont annoncé le 7 novembre la victoire de Joe Biden dans la course à la Maison-Blanche face à Donald Trump. Fidèle vice-président de Barack Obama de 2009 à 2017, il a repris à Donald Trump trois États industriels qui avaient échappé à Hillary Clinton il y a quatre ans : le Michigan, le Wisconsin et la Pennsylvanie. "Il est temps que l'Amérique se rassemble et panse ses plaies (...). Nous sommes les États-Unis d'Amérique. Il n'y a rien que nous ne puissions faire, si nous le faisons ensemble", a-t-il déclaré dans un communiqué. Au total, le démocrate a obtenu plus de 74 millions de voix, contre 70 millions pour Donald Trump. 

Pour autant, l'actuel locataire de la Maison Blanche n'est toujours pas prêt à laisser sa place, alors que la passation de pouvoir doit avoir lieu dans un peu plus de trois semaines. Acculés, le président et sa garde rapprochée n'hésitent ainsi plus à avancer les idées les plus osées comme l'instauration de la loi martiale, ont rapporté plusieurs médias américains. 

Décembre : l'étoile Diego Maradona s'éteint, le vaccin arrive et le Brexit touche à sa fin

A la stupeur générale, Diego Maradona est décédé le 25 novembre à l'âge de 60 ans. Opéré d'un hématome sous-dural, une poche de sang formée sous la boîte crânienne au début du mois, le champion du monde 1986 était en convalescence dans une maison à Tigre, à 30 kilomètres au nord de Buenos Aires, dans un condominium proche du domicile de sa fille Giannina. Il a succombé à un arrêt cardiaque. Des hommages lui ont été adressés dans le monde entier. Le 4 décembre,  le stade San Paolo, où Diego Maradona a écrit sa légende avec le Napoli, a été renommé en son honneur.

Testé positif au Covid-19 le 17 décembre, Emmanuel Macron s'est placé en isolement pour une durée de sept jours à La Lanterne. Dans un communiqué, la présidence de la République a indiqué que le chef de l'État "continuera de travailler et d’assurer ses activités à distance". Sur la photo, il participe, par visioconférence, à la table ronde conclusive de la Conférence nationale humanitaire qui s'est tenue au Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères au premier jour de sa quarantaine. Le 24 décembre, et après avoir donné de ses nouvelles quotidiennement aux Français pendant sept jours, le président a mis fin à son isolement. Il ne présentait, selon l'Élysée, plus de symptômes.

Le président-élu des États-Unis, Joe Biden, a reçu lundi 21 décembre, devant les caméras de télévision, la première dose du vaccin développé par Pfizer et BioNTech contre le Covid-19. La future Première dame américaine, Jill Biden, en a également bénéficié. "Je fais cela pour montrer que les gens doivent être prêts à se faire administrer le vaccin lorsqu'il sera disponible, il n'y a pas de quoi s'inquiéter", a déclaré le futur président de 78 ans, juste après l'injection. Au 24 décembre, environ un million d'Américains avaient d'ores et déjà reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus, tandis que des campagnes de vaccination se mettent en place un peu partout dans le monde pour espérer vaincre le Covid-19, un peu plus d'un an après son apparition. En France, les premières doses de vaccin seront délivrées dès le 27 décembre, après que le Royaume-Uni ait déjà ouvert le bal sur le continent.

À quelques heures de Noël et quatre ans et demi après le référendum, jeudi 24 décembre, l'accord de séparation entre le Royaume-Uni et l'Union européenne a enfin été conclu. Le texte garantit la libre circulation des biens et des personnes dans les deux sens, ainsi que, notamment, des facilités pour les formalités douanières. Après des négociations éreintantes, Boris Johnson, qui avait fait du Brexit son cheval de bataille et sa seule promesse lors de la campagne électorale, a présenté cet accord aux Britanniques comme un cadeau de Noël, leur évitant le choc dévastateur pour l'économie qu'aurait été un "no deal".

Indéniablement, l'année 2020 aura été marquée par de nombreux événements aussi tristes et préoccupants les uns que les autres. Elle se termine néanmoins, avec l'arrivée de vaccins contre le Covid-19, le départ de Donald Trump de la Maison Blanche et la conclusion d'un accord sur le Brexit, sur une note d'espoir. L'année 2021 pourrait, de toutes les façons, difficilement être pire que celle que nous venons de passer.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : première visite d'Emmanuel Macron dans un centre de vaccination lundi

Golden Globes : Chadwick Boseman sacré meilleur acteur, sa veuve livre un émouvant discours

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Désormais autorisé dans les cabinets médicaux, le vaccin AstraZeneca est en forte progression

Pour son retour, Trump ouvre la porte à sa candidature en 2024 et reste au Parti républicain

Lire et commenter