Plan anti-djihad : coup de filet à Strasbourg

SOCIÉTÉ

OPERATION - Sept jeunes Français, soupçonnés d'être partis faire le djihad en Syrie en décembre dernier et revenus en France depuis, ont été interpellés mardi matin à Strasbourg.

Nouvelle opération anti-djihad mardi à Strasbourg. Après l 'expulsion d'un Algérien , soupçonné d'avoir embrigadé de jeunes Français pour combattre en Syrie, les hommes du Raid et du GIPN ont lancé un vaste coup de filet, peu avant 6 heures, dans un immeuble du quartier de la Meinau. Sept jeunes, qui se seraient rendus récemment en Syrie, ont été interpellés et placés en garde à vue, a déclaré Bernard Cazeneuve dans une déclaration à la presse, confirmant une information d'Europe1.

Le ministre de l'Intérieur avait présenté fin avril un plan anti-djihad visant à combattre ces filières. Il s'agit d'une "nouvelle démonstration de la détermination totale du gouvernement à lutter de toutes ses forces contre le terrorisme et l'embrigadement des jeunes dans la radicalisation violente", a poursuivi le ministre.

Camp d'entraînement

En décembre, les jeunes interpellés avaient fait croire à leurs parents qu'ils partaient en vacances à Dubaï. En réalité, ils avaient pris la direction d'Antalya, au sud de la Turquie, pour ensuite rejoindre un camp d’entraînement djihadiste. Un signalement de leurs proches avait finalement permis leur retour en France. D'après Europe 1, rien ne semblait présager leur dérive. "Ils étaient avant leur départ loin d’un islam radical, explique la radio. Leur embrigadement semble être allé très vite, notamment grâce aux réseaux sociaux, mais aussi via des recruteurs en France".

Au début du mois, Bernard Cazeneuve avait chiffré à 285 les Français actuellement engagés en Syrie, soit "une hausse de 75% ces six derniers mois". Il avait également précisé qu'une centaine seraient déjà revenus en France après avoir combattu. Les services de renseignement craignent qu'à leur retour certains ne commettent des actes terroristes en France.

Lire et commenter