Plan anti-jihad : expulsion d'un Algérien soupçonné de recruter des Français pour la Syrie

Plan anti-jihad : expulsion d'un Algérien soupçonné de recruter des Français pour la Syrie

DirectLCI
EXPULSION - Un Algérien de 37 ans, soupçonné de recruter des Français pour mener le jihad en Syrie, a été renvoyé vers son pays jeudi. Il s'agit de la première expulsion dans le cadre du plan anti-jihad annoncé par le gouvernement français.

Un Algérien soupçonné de recruter de jeunes Français pour mener le jihad en Syrie a été expulsé jeudi. Le ministère de l'Intérieur, qui en a fait l'annonce, a précisé que l'homme de 37 ans est lié à "des membres de la mouvance islamiste radicale qui ont été impliqués dans le recrutement d'individus pour intégrer des filières jihadistes à destination de l'Afghanistan et de la Syrie".

Selon une source proche du dossier, il vivait chez ses parents depuis l'âge de deux ans à Albertville (Savoie). Mais en février, il était parti en Turquie où il a été arrêté un mois plus tard. Il tentait alors d'entrer illégalement en Syrie dans un bus convoyant des jihadistes pour se rendre dans la région d'Alep. Renvoyé par les autorités turques mercredi soir à Lyon, il a été expulsé ce jeudi matin vers l'Algérie.

"Des familles signalant le départ de proches"

"Le départ de cet homme, repéré par les services de renseignement français, coïncidait avec le signalement auprès des policiers et de gendarmes de plusieurs familles résidant en Savoie et notamment à Albertville, signalant le départ de proches vers la Syrie", a indiqué une autre source à l'AFP. Cinq de ses proches, des hommes originaires d'Albertville comme lui, auraient également été arrêtés et renvoyés eux vers la France. Ces six personnes entendaient rejoindre l'un des groupes jihadistes les plus radicaux, appelé "L'État islamique en Irak et au Levant".

Cette expulsion intervient une semaine après l'annonce par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve d'un plan destiné à lutter contre les filières jihadistes. Pour le ministère, cette expulsion "souligne la pertinence et l'efficacité des mesures décidées" et qui "seront appliquées avec une totale fermeté". Ce plan anti-jihad prévoit notamment la mise en place d'un numéro vert pour signaler des candidats au départ, la privation de passeport pour les jihadistes, la création d'un dispositif de réinsertion individualisée. Le numéro vert (0 800 005 696) est également actif depuis mardi.

Actuellement, on estime que 285 Français sont engagés sur les théâtres d'opérations en Syrie. Quelque 120 seraient en transit vers la Syrie et 25 ont été tués lors des combats.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter