Plus d'un Français sur 10 ment à propos de ses week-ends pendant la pause-café

SOCIÉTÉ
DirectLCI
MENTEURS - Enjoliver son week-end, voire carrément s'inventer de folles aventures pour faire bonne figure devant ses collègues le lundi matin à la cafét’. Cela vous est peut-être déjà arrivé et vous en avez honte ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas le seul. Les Européens semblent être très à l’aise dans cette pratique.

Mentir est un vilain défaut, mais les Européens ont la fâcheuse tendance à le faire, surtout le lundi matin à la machine à café lorsqu’ils racontent leur week-end. Il y a celui qui est parti à l'étranger, celui qui a trop fait la fête, ou celui qui s'est dépensé dans une folle randonnée. Et puis il y a vous. Vos seules activités ont été un dîner avec votre cousine et le dernier épisode de Game of Thrones.

Mais ne faites pas la tête, il se pourrait bien que vos collègues aient menti, et qu'ils aient passé un week-end tout aussi ennuyeux que le vôtre. C'est du moins ce que révèle une enquête réalisée par Last Minute en collaboration avec One Poll , même si les Français demeurent de petits menteurs (11% des sondés), comparés aux Allemands (29%) et aux Espagnols (21%).

Top 5 des raisons qui poussent les Français à mentir

1) Mes week-ends sont nuls comparés à ceux de mes amis/collègues donc je dois inventer (25 %)  
2) Je ne veux pas que les gens sachent qui je suis vraiment, donc je mens (20%) 
3) Mes collègues ont toujours de super-choses à dire sur leurs week-ends, je veux donc participer (17%)
4) Je veux avoir des choses à raconter au travail le lundi matin (16%)
5) Je ne veux pas que les gens pensent que je suis ennuyeux/ennuyeuse (13%)

Parmi les mensonges les plus fréquemment avancés, les Français n’hésitent pas à inventer un départ en week-end (37%), à faire culpabiliser leurs collègues en leur indiquant qu’ils ont travaillé tout le week-end (17%), ou qu’ils sont allés faire du sport (12%). D’autres pinocchios, moins nombreux, s’aventurent même à inventer des mensonges encore plus gros. Certains racontent donc avoir escaladé une montagne (9%), éteint un incendie (7%), ou même avoir sauvé une vie (5%).

L’imagination sans limite de certains va même au-delà de la pause-café du lundi matin. En effet, près de 2% des sondés français ont publié une histoire montée de toutes pièces sur les réseaux sociaux. Seulement, à force de mentir, ils trouvent leurs week-ends encore plus ennuyeux...

Etude réalisée sur les 6 000 Européens sondés en ligne au mois d'avril, 1 000 sont Français.

Lire et commenter