"Plus personne dans les rues" avant 2018 : la promesse non tenue de Macron fait bondir associations et internautes

DirectLCI
DÉTRESSE – En juillet dernier, Emmanuel Macron avait promis qu’il n’y aurait plus de sans-abris dans les rues d’ici à la fin de l’année. Et alors que le rideau tombe sur 2017, associations et anonymes rappellent au président que sa promesse est loin d’avoir été tenue.

Un énième courant d’air glacial s’engouffre dans la ville. Un nouveau frisson pour ce sans-abri qui tente de fermer l’œil, allongé sur un matelas de fortune posé à même le bitume. Autour de lui, les passants accélèrent le pas, pressés de rentrer dans leur foyer chauffé. 


Cette bien triste scène se répète inlassablement dans notre pays malgré la promesse formulée en juillet dernier par Emmanuel Macron : "Je ne veux plus d'ici la fin de l'année avoir des femmes et des hommes dans les rues, dans les bois", avait lancé le président, évoquant "une question de dignité, une question d'humanité et d'efficacité".


En cette période de fêtes de fin d’année, cette promesse non tenue est remise sur la table. L’association Droit au Logement a notamment manifesté le jour de Noël devant le ministère du Logement. "Les sans-abris n’ont jamais été aussi nombreux", déplorait-elle dans un communiqué. Un constat partagé par bon nombre d’acteurs solidaires comme la Cimade (qui porte secours aux migrants) ou le Samu Social. Lequel a notamment pointé le manque de places d’hébergement d’urgence pour les sans-abris. 

De leur côté, les internautes réagissent également avec vigueur sur les réseaux sociaux, certains n’hésitant pas à ironiser sur cette promesse non tenue par l’exécutif : 

Interrogé par BFM TV ce vendredi, Christophe Castaner est venu à la rescousse d’Emmanuel Macron, soulignant que bon nombre de places dans les centres d’accueil restaient vacantes. Et de rappeler que certains sans-abris refusaient d’être logés. Mais pour le délégué général de La République en Marche, "la responsabilité de la réponse publique, des collectivités comme de l'Etat, c'est d'offrir des capacités d'accueil, au chaud dans de meilleures conditions que celles qu’ils connaissent dans la rue. C'était ça l'engagement du président de la République au nom de l'action publique".


Dans cette optique, le gouvernement prévoit de mettre en place l’année prochaine un "plan quinquennal pour le logement d'abord" visant à développer "des solutions pérennes de retour au logement".

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter