PMA, GPA, fin de vie : "Un écart s'est creusé entre les perceptions des Français et le discours politique"

PMA, GPA, fin de vie : "Un écart s'est creusé entre les perceptions des Français et le discours politique"

DirectLCI
INTERVIEW - Selon un sondage publié dans la Croix ce mardi, une majorité des Français se dit désormais favorable à la PMA pour les couples de femmes et à la légalisation de la GPA en France. Pour la sociologue Irène Théry, c'est avant tout "l'affirmation de valeurs nouvelles très fortes".

Les chiffres sont éloquents. Un sondage Ifop publié dans La Croix ce mercredi révèle que les Français sont majoritairement favorables à la PMA et à la GPA. Près de six personnes sur dix (57%) pensent que les femmes célibataires devraient pouvoir recourir à la PMA (insémination artificielle). 64% se disent également favorables à ce que l'on autorise en France le recours à une mère porteuse ou GPA (gestation pour autrui) dont 18% "dans tous les cas" et 46% "pour des raisons médicales seulement". 


Des chiffres qui confortent d'ailleurs une précédente enquête Ifop parue en septembre 2017, montrant qu'au moins 64% des Français sont favorables à l'ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens. Une grande partie de la société (89% des personnes interrogées) se prononce aussi pour une évolution de la loi sur la fin de vie, note le quotidien.


Pour Irène Théry, sociologue spécialiste de la famille et directrice d'études à l'EHESS, ces chiffres ne sont pas surprenants mais montrent simplement une "évolution progressive et constante" sur les trente dernières années.

En vidéo

Emmanuel Macron : "Je souhaite que nous ayons un vrai débat sur la PMA"

LCI.fr : Les résultats de ce sondage vous surprennent-ils ?

Irène Théry : Non ça ne me surprend pas du tout. Il s'agit d'une évolution progressive et constante que nous suivons depuis maintenant 30 ans. Il est temps de s’accorder sur cette évolution qui dit quelque chose d’important.

LCI.fr : Qu'est-ce que ça dit justement ?

Irène Théry : Qu'un écart s'est creusé entre la perception que les Français ont des enjeux de PMA et de GPA et le discours politique. Les raisons de cette évolution ne sont pas la montée de l'individualisme exacerbé ou l'inconscience comme semble le dire La Croix mais bien l'affirmation de valeurs nouvelles très fortes. Les Français ont des nouvelles conceptions du lien de couple et de filiation en général. L'ancien modèle traditionaliste (un papa, une maman et un enfant fondé sur une procréation en mariage) n’est plus le seul valable.

LCI.fr : Justement, comment expliquer alors la frilosité de la classe politique à se positionner sur ces sujets ?

Irène Théry : Les politiques vivent sur une représentation faussée du débat. Année après année ils ne comprennent pas les Français. Il y a aussi l'influence de l’Eglise catholique et des secteurs traditionalistes de la droite sur la famille comme "La manif pour tous". C'est de la responsabilité des politiques et des médias de les surexposer. Il y a des gens favorables au mariage, à l’adoption pour les couples de même sexe mais contre la PMA. C’est avec eux qu'on doit parler. Il ne faut pas faire de "La manif pour tous" les représentants de tous ceux qui se posent des questions.

Les documentaires et les émission de télévision ont participé à faire évoluer les mentalitésIréne Théry, sociologue spécialiste de la famille

LCI.fr : On voit donc que les mentalités ont évolué, mais comment l'explique-t-on ?

Irène Théry : Les documentaires et les émissions de télévision ont participé à faire évoluer les mentalités. Les Français ont compris que ce qui fait le parent c'est avant tout l’engagement inconditionnel et indissoluble pour l'enfant. Le sondage montre aussi que 89% des Français sont pour une modification de la loi sur la fin de vie. Ce sont peut-être des gens qui ont vu des proches agoniser et qui demandaient à ce qu'on abrège leur souffrance. En fait, beaucoup de ceux qui sont contre parlent sans savoir.

LCI.fr : Rien n'interdirait selon vous une évolution rapide de la loi ?

Irène Théry : Il faut que la classe politique entende qu’il y a une adhésion à ces changements. Il faut dire qu'il existe des gens en mal d’enfants - parce qu'infertiles ou homosexuels - capables d’élever merveilleusement des enfants et qui n’ont presque aucune chance d’adopter des enfants. Il faut dire que la PMA est une invention merveilleuse qui ne fait que du bonheur. Il est grand temps que la défiance de principe disparaisse. Il est grand temps de faire une place au soleil aux familles issues de don, que ce don soit de sperme, d'ovocyte, d'embryon ou de gestation !

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter