PMA : la France insoumise met la pression sur le gouvernement

SOCIÉTÉ

COUP DE PRESSION - Alors que la procréation médicalement assistée (PMA) ne sera pas débattue au Parlement avant début 2019, deux députés France Insoumise vont présenter cette semaine un texte de loi pour proposer son extension. Une initiative notamment destinée à rappeler au gouvernement ses promesses en la matière.

"Faire de l’assistance médicale à la procréation un droit universel" : deux députés La France Insoumise, Bastien Lachaud et Danièle Obono, vont déposer cette semaine une proposition de loi allant dans ce sens, révèle Le Figaro dans son édition du mardi 13 novembre. Le quotidien a consulté ce texte, composé de douze articles, qui préconise d’ouvrir la PMA "à toute personne ayant un projet de parentalité", avec un remboursement par la Sécurité sociale.

Lire aussi

Sont donc concernés les femmes célibataires comme les couples de femmes et les "hommes trans". Pour ces derniers, un article spécifique prévoit que la PMA pourrait aboutir à une reconnaissance de paternité. Parmi les autres propositions, l’instauration d’un système de double guichet, pour permettre d’une part au donneur de gamètes de rester anonyme ou non, d’autre part aux parents de choisir un donneur anonyme ou non. Il n’est pas fait mention en revanche de la GPA (gestation pour autrui), à laquelle les deux députés sont "opposés", comme le précise Bastien Lachaud. 

Le projet de loi du gouvernement se fait attendre

Derrière ce texte, plusieurs objectifs : parvenir à plus d’égalité, la PMA étant aujourd’hui réservée aux couples hétérosexuels infertiles. Mais aussi éviter que des femmes ne se rendent à l’étranger, ou ne "s’en remettent à des techniques artisanales dangereuses, pour fonder une famille".

Au-delà, le but est aussi de remettre la question sur la table, alors que le gouvernement retarde la présentation du projet de loi sur ce sujet. Même si la PMA est une mesure soutenue par Emmanuel Macron durant sa campagne, ce dossier ne devrait pas être évoqué avant le début de l’année 2019, dans le cadre plus général de la révision de la loi de bioéthique. 

Lire aussi

"Nous sommes convaincus qu’il faut aller vite sur cette question. Le gouvernement n’a pas fait preuve de beaucoup de volontarisme, pointent du doigt Bastien Lachaud et Danièle Obono. Nous craignons qu’il recule, que les opposants se radicalisent et que le projet soit abandonné." Les deux députés gardent à l’esprit le Mariage pour tous, pour lequel "le précédent gouvernement a traîné pendant des mois, ce qui a permis à la Manif pour tous de gagner du terrain."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter