Seuls 8% des bénéficiaires de l'assurance chômage ne cherchent pas activement d'emploi

DirectLCI
CHÔMAGE - Selon une étude de Pôle Emploi publiée lundi 20 août, 8% des chômeurs indemnisables ne sont pas en recherche active d'un emploi. Le taux de radiation, 12%, est en baisse par rapport à 2015.

Ce sont des chiffres qui vont faire parler et être interprété d'une façon ou d'une autre. Soit par ceux qui, de la majorité jusqu'à la droite de Laurent Wauquiez, estiment que les personnes bénéficiant de l'assurance-chômage la touchent indûment. Soit conforter ceux qui estiment au contraire que dans leur grande majorité, les chômeurs indemnisés cherchent effectivement du travail et que les politiques visant à renforcer leur contrôle n'auront guère d'efficacité. En effet, selon une étude mise en ligne lundi 20 août par Pôle emploi, 12% des demandeurs d'emploi ne cherchent pas activement un emploi. Un taux qui baisse à 8% chez les bénéficiaires de l'assurance chômage. 


L'opérateur, qui a généralisé ses équipes de contrôle de la recherche d'emploi en 2015, avait publié fin 2017 de premiers résultats selon lesquels 14% des personnes contrôlées avaient été radiées pour insuffisance de recherche d'emploi. Une étude qui avait abouti, selon Pôle emploi, à confirmer "l'effectivité de la recherche d'emploi". Ce coup-ci, Pôle emploi s'est concentré sur les demandeurs d'emploi contrôlés de manière aléatoire, un échantillon jugé plus représentatif. Résultat : le taux de radiation descend à 12% et cache de fortes disparités selon les profils.

8% des demandeurs d'emploi indemnisables par l'assurance chômage ne cherchent pas activement d'emploi, contre 19% des demandeurs d'emploi non indemnisables et 15% de ceux indemnisables par la solidarité nationale. Les hommes (14%) sont plus souvent pris par la patrouille que les femmes (10%). En cohérence avec l'idée développée par une étude de l'Insee selon laquelle ce sont les cadres qui retrouvent un travail le plus rapidement, ce sont les demandeurs les moins qualifiés qui sont les plus sanctionnés : 17% des chômeurs d'un niveau inférieur au CAP et des ouvriers non qualifiés, 15% des employés non qualifiés.


Expérimentées dès 2013, les équipes de contrôle de la recherche d'emploi ont été généralisées en 2015 par Pôle emploi. Quelque 215 agents réalisent en moyenne 12.000 contrôles par mois, de manière aléatoire (42% des contrôles), au sein de populations ciblées (49%) ou sur signalements (9%).


Aujourd'hui, la quasi-totalité des chômeurs sanctionnés pour ce motif sont radiés pour 15 jours et peuvent se réinscrire ensuite. La sanction va passer à un mois pour un premier manquement, selon un nouveau barème présenté en mars.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter