Pollution automobile : découvrez les nouvelles "pastilles vertes" de Ségolène Royal

Pollution automobile : découvrez les nouvelles "pastilles vertes" de Ségolène Royal

DirectLCI
POLLUTION – La ministre de l'Ecologie présente mardi le dispositif des "certificats qualité de l'air", un système de pastilles qui vise à offrir des avantages aux utilisateurs de véhicules moins polluants. Metronews fait le point sur ces nouvelles vignettes.

Du vert en catégorie un pour les véhicules essence récents, les moins polluants, jusqu'au gris en catégorie 6 pour les vieilles voitures diesel ou essence. Ségolène Royal, qui présente mardi son "plan d'action pour lutter contre la pollution de l'air", va remettre au goût du jour la fameuse "pastille verte", cet autocollant qui ornait le pare-brise des véhicules jugés les plus propres de 1998 à 2012. A partir du 1er janvier 2016, six macarons de couleur, et un septième, bleu, réservé aux voitures électriques, classeront les automobiles en fonction de leur niveau d'émissions émissions polluantes.

Comment les obtenir ?
Le dispositif, qui "permettra d'évaluer en un coup d'œil les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes", fait valoir Ségolène Royal mardi dans Le Parisien , ne sera pas obligatoire. Les usagers qui souhaitent obtenir leur vignette en feront la demande via le système d'immatriculation des véhicules. Le service sera gratuit les 6 premiers mois de mise en place, puis facturé environ 5 euros.

Quels avantages ?
Apposer l'un de ces certificats sur son pare-brise permettra, en fonction de sa couleur, de circuler dans les zones de circulation restreinte, de bénéficier de modalités de stationnement favorables ou encore d'obtenir des conditions de circulation privilégiées. Tout dépendra en fait des règles mises en place dans la ville où l'on habite. "Aux villes de jouer le jeu", explique Le Parisien, car ce sont les maires qui décideront ou non de se servir du nouveau nuancier. Si la ville de Grenoble se dit "très intéressée" auprès du quotidien, Clermont et Aix disent déjà non à des zones réservées aux voitures propres ou à des restrictions pour les vieux véhicules, préférant développer leurs propres solutions anti-pollution.

EN SAVOIR + >> Pollution : concrètement, comment va marcher la pastille verte ?

Quelle utilité ?
Pour Ségolène Royal, "l'objectif n'est pas de faire de l'écologie punitive en pointant les propriétaires de véhicules polluants, mais de les inciter à opter pour des véhicules moins polluants". Ce principe de certificat a déjà été retenu par plusieurs pays: Allemagne, Danemark, Suède, Italie, Autriche, République Tchèque, souligne le ministère qui rappelle qu'en ville, la pollution atmosphérique, et notamment celle liée aux particules fines, provient largement du trafic routier et entraîne chaque année une augmentation des maladies respiratoires et cardio-vasculaires.

EN SAVOIR + >> La pollution de l'air coûte entre 1 et 2 milliards d'euros chaque année

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter