Poulets "brûlés vifs" exposés à Lyon : après la polémique, l'artiste retire son oeuvre

Poulets "brûlés vifs" exposés à Lyon : après la polémique, l'artiste retire son oeuvre

SOCIÉTÉ
DirectLCI
DROIT DE SUITE - Suite à la mobilisation sur les réseaux sociaux des défendeurs de la cause animale, l'oeuvre "Printemps" d'Adel Abdessemed, exposée au musée d'art contemporain de Lyon, a été retirée. Elle représentait des poulets brûlés vifs.

Les défenseurs des animaux étaient montés au créneau. Sur les réseaux sociaux, ils étaient nombreux à s'être indignés de l'oeuvre "Printemps" d'Adel Abdessemed, exposée au musée d'art contemporain de Lyon et montrant une courte vidéo de poulets brûlés vifs, pendus par les pattes tête en bas.


Face à la polémique, l'artiste et le musée ont décidé mercredi 14 mars de retirer l'oeuvre d'art de cette exposition, intitulée "L'Antidote". Contacté par LCI, l'administration du musée confirme l'information. Et indique, par voie de communiqué : "Malgré les informations qui ont été communiquées sur les conditions réelles de la réalisation de cette oeuvre, les réseaux sociaux puis la presse se sont déchaînés, à partir d'informations lacunaires et de ce fait trompeuses. Compte-tenu du procès parfaitement injuste qui est instruit contre Adel Abdessemed alors que l'artiste est profondément engagé dans la défense de l'animal (...) Adel Abdessemed et le musée ont pris la décision de retirer l'oeuvre 'Printemps'."

Une réalisation avec des effets spéciaux

Afin de désamorcer les critiques, l'artiste avait, dans une lettre ouverte publiée dans Le Figaro, précisé les coulisses de la réalisation, assurant qu'aucun animal n'avait souffert durant la manipulation. "J'ai réalisé la vidéo 'Printemps' au Maroc avec une équipe de techniciens créateurs d'effets spéciaux pour le cinéma, qui utilisent couramment un produit pour créer des effets de flammes et d'incendie qui sont sans danger", avait-il notamment expliqué.


Une explication qui n'a visiblement pas convaincu les associations de défense animale. Peta, par exemple, a continué à dénoncer une "expérience traumatisante pour les poulets".  

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter