VIDÉO - Pour comprendre le réchauffement climatique, ils changent d’altitude d’énormes blocs de terre

DirectLCI
EXPÉRIENCE - Dans les Alpes, des chercheurs tentent de comprendre comment l’écosystème réagira si la température augmente de trois degrés. Pour cela, ils déplacent avec un hélicoptère des blocs de terre de 2500 mètres à 1900 mètres d’altitude.

Dans le meilleur des scénarios, il fera en moyenne deux degrés de plus sur Terre en 2100. Dans le pire des cas, la hausse atteindra cinq degrés. Si l'humanité parvient à se passer progressivement des énergies fossiles, ce réchauffement se maintiendra entre trois et quatre degrés.


Pour comprendre comment les plantes (et donc aussi les humains) évolueront sous ce nouveau climat, des chercheurs français mènent une expérience inédite dans les Alpes : ils transfèrent de gros morceaux de terre d'une altitude de 2500 mètres à une altitude de 1900 mètres à l'aide d'un hélicoptère.

Une centaine de chercheurs du monde entier va observer l'évolution de ces pelouses pendant 10 ans

En déplaçant de gros volumes de terre, les chercheurs transfèrent ainsi tout un écosystème dans un nouvel environnement où la température est supérieure de trois degrés et la végétation, complètement différente. 


"Le changement climatique qu'on est train de vivre maintenant est brutal, donc nous essayons de voir les conséquences d'un changement brutal", explique Jean-Gabriel Valay, professeur de physiologie et directeur de la station alpine Joseph Fourrier.

Ça nous permettrait d'anticiper certaines espèces à protégerWilfried Thuiller, directeur de recherche au CNRS

Le but de l'opération est de comprendre mais aussi de prévoir. Pour Wilfried Thuiller, directeur de recherche au CNRS, l'observation de cette transplantation par une centaine de chercheurs du monde entier permettra "d'anticiper certaines réponses et certaines espèces à protéger [...], et de savoir comment s'adapter à ces nouvelles conditions".


Cette expérimentation, qui a lieu sur le col du Galibier entre la Savoie et les Hautes-Alpes, va durer dix ans. D'autres espèces de plantes pourraient aussi être transplantées. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Le 20h

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter