Pour critiquer les autorités françaises, ils détournent une image du métro à Madrid

Cette scène a été observée dans le métro de Madrid.

COHUE - La fermeture des restaurants ou des lieux culturels est critiquée, mise en regard avec des images d'une foule dense dans le métro. Problème : ces scènes ont été immortalisées en Espagne, à Madrid.

Les mois passent, mais les perspectives de réouverture des restaurants ou des lieux culturels demeurent plus qu'incertaines. Une situation qui agace une partie de la population, remontée contre le gouvernement et sa gestion de la crise sanitaire. Sur Facebook, les critiques fusent et des internautes pointent du doigt des scènes de cohue observées dans les transports en commun.

Un cliché montrant une foule compacte tenter de se frayer une place dans une rame de métro bondée est notamment relayée, accompagnée d'un message ironisant sur le respect des gestes barrière. Cette concentration d'usagers est jugée incompréhensible, alors même que les cinémas ou les remontés mécaniques sont à l'arrêt. Si les mesures sanitaires peuvent être interrogées, s'appuyer sur cette image pour justifier une contestation est mal à propos : il s'agit en effet d'un métro espagnol, celui de Madrid plus précisément. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Des détails qui ne trompent pas

Cette scène a-t-elle été observée récemment ? Le fait que les usagers portent des habits chauds et des masques le laisse en tout cas suggérer. En revanche, aucun détail ne permet de vérifier au premier coup d'œil que ce rassemblement dans les transports s'est bien déroulé en France. Si les bus et autres tramways sont courants dans l'Hexagone, les métros sont eux plus rares et seules 6 métropoles en sont équipées, parmi lesquelles Paris, Lyon, Toulouse ou Rennes.

En apparence, difficile de reconnaître une rame circulant dans l'une de ces villes, et pour cause : la photo a été prise à Madrid. Une recherche inversée conduit à des messages relayés en ligne sur les réseaux sociaux. Des tweets et autres publications Facebook rédigés en espagnol, laissant supposer que cette cohue a été capturée de l'autre côté des Pyrénées. 

Lire aussi

Pour en avoir le cœur net, LCI a cherché des images du métro qui dessert la ville de Madrid. Dans sa base de photographies libres de droits, la plateforme Wikimedia (liée à Wikipédia) recense de multiples clichés qui le représentent. Quelques secondes suffisent à reconnaître la forme et les couleurs du métro présenté par des internautes français. On note en particulier la présence d'un support carré de couleur rouge juste au-dessus du bouton d'ouverture des portes, agrémenté d'une inscription en lettres blanches. La même que sur l'image commentée en ligne.

Si cette image n'est donc pas capturée en France, de telles scènes sont-elles malgré tout observées dans les transports de notre côté de la frontière ? LCI a cherché à le savoir il y a quelques semaines, suite à la mise en place du couvre-feu et rebondissant sur des affirmations d'internautes qui assuraient que ce dernier avait engendré des cohues, à Paris notamment. L'opérateur Île-de-France Mobilités, sollicité, avait indiqué que si des pics de fréquentation pouvaient survenir lors d'incidents, le trafic demeurait assez faible, surtout en comparaison avec une période hors Covid. Et ajoutait que le nombre de métros disponibles était ajustés en fonction des lignes et des besoins, de sorte qu'un service minimum soit maintenu et que le nombre de voyageurs permette un respect des gestes barrière.  

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid : les décès et les admissions en réanimation en hausse

EN DIRECT - Affaire des "écoutes" : cette condamnation ne "correspond pas à la vérité", tacle Me Temime, l'avocat de Thierry Herzog

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Le coronavirus ne sera pas vaincu d'ici la fin de l'année, selon l'OMS

" J'ai 30.000 euros de dettes" : ces travailleurs ruinés par la crise du Covid

Lire et commenter