Pourquoi vous devriez continuer à prendre vos repas en famille

Pourquoi vous devriez continuer à prendre vos repas en famille

VIE DE FAMILLE - Avec l'omniprésence des écrans, les repas en famille se font de plus en plus rares. Pourtant, selon deux psychologues cliniciennes pour enfants et adolescents contactées par LCI, ils seraient essentiels à la bonne construction d'un enfant.

"A table !" Au sein de certaines familles, le repas se fait groupé. Parents, enfants... Tout le monde doit être présent autour de la table pour partager un moment, ensemble. Chez d'autres en revanche, il se fait de façon individuelle. Chacun mange dans son coin, voire à l'heure qu'il veut. Pas toujours évident, en effet, de jongler avec les horaires de chacun pour réunir tout le monde au même moment. Mais pour les psychologues cliniciennes pour enfants et adolescents Béatrice Copper-Royer et Samantha Villani, le repas de famille est indispensable à la construction de l'enfant. Alors si cela est compliqué pour vous de ritualiser ce moment partagé, le mettre en place aussi souvent possible devrait déjà être bénéfique à votre vie de famille. Voici pourquoi. 

L'importance de la parole

"Je trouve que c’est important de proposer aux enfants cet espace-là, ce moment de convivialité et de partage", explique à LCI Samantha Villani. "On est dans une période où chacun s’isole un peu avec les écrans. Déconnecter et passer un moment ensemble est précieux." Une demi-heure, une heure à se raconter sa journée, à débattre ou même à parler de tout et de rien permet à l'enfant de se sentir intégré au sein de sa famille, écouté.


"C’est aussi intéressant que les parents parlent un peu de leur journée, parce que souvent, les enfants ne sont pas du tout au courant de ce qu’ils font", ajoute Béatrice Copper-Royer. Pour elle, le repas n'est en revanche en aucun cas le moment de "régler ses comptes ou ne faire que des remarques aux enfants. Il faut essayer que ça reste un peu convivial et qu’il y ait un échange suffisamment sympathique et ouvert, sans que les enfants aient l’impression de passer devant un tribunal".

Un rôle éducatif

Le rituel du repas, structurant pour l'enfant grâce à sa répétition quotidienne, joue également un rôle éducatif. Il permet d'une part d'apprendre les bonnes manières, comme la façon de se tenir à table ou encore de s'adresser aux autres, mais aussi d'apprendre à écouter. "Ça leur permet de sortir un petit peu de leur petit nombril", estime Béatrice Copper-Royer. L'attente, le respect du rythme de chacun, fait également partie de ces apprentissages. "Le repas est terminé quand tout le monde a terminé et que les parents ont décidé qu’on sortait de table", déclare la psychologue d'un ton catégorique.


Manger ensemble permet aussi de développer la curiosité des enfants. Voir manger ses parents ou ses frères et sœurs quelque chose qui ne l'attire pas forcément peut le pousser à goûter, à découvrir de nouvelles saveurs. "Il y a aussi la question de la transmission culturelle et transgénérationnelle. De ce que, en tant que père, en tant que mère, on a envie de transmettre à ses enfants. Ça passe parfois par la nourriture avec des plats de notre grand-mère, d’Italie, de Bourgogne… Ces goûts et ces saveurs différentes permettent une ouverture à l’autre, à l’étranger au sens large", analyse Samantha Villani.


Pour elle, le repas est aussi un moment d'entraide. "Comment on va s’installer ? Qui met la table ? Est-ce qu’on participe tous ?". "Les parents ne sont pas corvéables à merci. Donc chacun peut participer un petit peu. Il y a une solidarité familiale qui est importante. Et puis ça aide un peu à responsabiliser les enfants. Ça leur fait du bien", complète Béatrice Copper-Royer.

Quelques règles à table

Si les repas en famille sont essentiels pour les deux psychologues, ils ne le sont, selon Béatrice Copper-Royer, qu'à partir de 5 ans. "Faire manger un enfant en bas-âge, c’est casse-pieds, ça ralentit tout… Et finalement il y a une sorte de focus sur le petit. Ce n’est pas son rythme, il n’a pas les mêmes besoins", explique-t-elle.


Dans le cas d'une fratrie, l'équilibre du temps de parole est d'autre part primordial. "Il faut être vigilant pour que chacun, à son échelle, puisse avoir le sentiment qu’il existe", souligne Béatrice Copper-Royer.


Toujours pour profiter au mieux de ce moment convivialité, les écrans sont à éviter le plus possible. "Pas de  téléphone, pas d’écrans", insiste la psychologue. Pour le journal de 20h, cela peut se faire de temps en temps. S’il y a un événement particulier, ça peut être intéressant de regarder avec les enfants s'ils sont en âge de comprendre et d'en parler." Quant au plat, vous n'avez-là aucune obligation ! "Ce qui est le plus important, c’est le cœur qu’on y met et l’ambiance autour de la table". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Réussir l'éducation de ses enfants

Sur le même sujet

Plus d'articles