Premiers secours, armée, police : les Français s'engagent depuis les attentats

Premiers secours, armée, police : les Français s'engagent depuis les attentats

DirectLCI
MOBILISATION – Bénévole urgentiste, candidat à l'armée... Depuis les attentats de Paris, les Français s'engagent bénévolement pour porter assistance à leurs concitoyens. Les secteurs de la police et de la surveillance recrutent également des candidats, face à une carence des effectifs.

Les attentats de Paris auront réveillé la conscience civique des Français. Depuis une semaine, les associations de premiers secours et l'armée font face à une vague de candidatures volontaires. Pris de patriotisme, d'une volonté d'agir ou plus simplement de se sentir utile, l'engouement des Français pour le milieu associatif et défensif connaît un regain certain.

Une recrudescence des formations aux premiers secours

La Fédération des secouristes français de la Croix-Blanche fait face depuis une semaine à une hausse des demandes de formation aux premiers secours. "On a une recrudescence des demandes, de l'ordre de 20 à 30%" a témoigné ce dimanche au micro de France Info Walter Henry, le président de l'association. "Ce sont des gens qui souhaitent tout simplement se former à titre personnel, pour être en capacité de réagir en cas d'accident" a-t-il précisé.

Même constat à la Croix-Rouge : depuis le 13 novembre, l'association connaît une hausse "exponentielle" du nombre de demandes, explique Christophe Talmet, responsable des formations, à l'AFP. Sur son site , la Croix-Rouge remercie les personnes bénévoles qui ont apporté un soutien "financier, matériel ou logistique" après les attentats, sans en préciser le nombre. L'ONG avait enregistré une augmentation de 7% des inscriptions après les attentats du mois de janvier.

Trois fois plus de candidats dans l'armée

Les Français sont également nombreux à vouloir rejoindre les rangs de l'armée depuis les attentats de Paris : 1.500 candidatures arrivent chaque jour sur l'ensemble du territoire, a affirmé ce dimanche le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian au Grand rendez-vous d'Europe 1/Le Monde/iTélé. Soit trois fois plus qu'avant les attentats. A Libération , une jeune étudiante de 24 ans explique son choix : "Je ne suis pas médecin, mais je voulais faire quelque chose. Je voudrais rassurer les gens."

Les visites spontanées de candidats ont doublé par exemple depuis lundi au centre de recrutement de Paris, selon le quotidien. Face à cet afflux, le ministre de la Défense veut réfléchir à un "élargissement de la réserve" et n'exclut aucune proposition "autour d'une Garde nationale, autour de formes de participations de jeunes", comme le réclament plusieurs partis politiques. "Nous allons nous mettre à travailler sur ce nouveau concept" a-t-il affirmé ce dimanche.

EN SAVOIR + >> Le Drian ministre tant que Hollande "le jugera nécessaire"

La police et les sociétés privées recrutent

Les sociétés privées spécialisées dans la surveillance croulent également sous les demandes depuis le 14 novembre, rapportent Les Echos . Les clients habituels mais aussi de nouvelles entreprises font appel à leur service. Résultat : ces sociétés de sécurité enregistrent également une augmentation des demandes de recrutement. Pour la société "Securitas", ce chiffre est de 5 à 10%, selon Les Echos. "Depuis vendredi, on a envoyé 800 agents en renfort et depuis lundi 11 heures, on ne peut plus répondre aux demandes de renfort de nos clients par manque d'effectifs. On a atteint notre capacité maximale", explique l'entreprise.

Du côté de l'Etat, les besoins se font aussi ressentir. L'opération Sentinelle a été renforcée depuis les attentats, avec des effectifs atteignant les 10.000 soldats déployés en France. Mais la puissance publique ne compte pas s'arrêter là : lors du Congrès de Versailles , François Hollande a annoncé la création de 5.000 emplois supplémentaires dans la police et la gendarmerie, 2.500 dans la justice et 1.000 dans la douane. Les réductions d'effectifs précédemment annoncées sont suspendues jusqu'en 2019.

À LIRE AUSSI
>>
Un infirmier a essayé de ranimer le kamikaze du boulevard Voltaire
>>
Les mesures contre le terrorisme massivement approuvées par les Français
>>
EN DIRECT - Le suivi des événements

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter