Présence des femmes dans les arts et la culture : le HCE veut des objectifs chiffrés

Présence des femmes dans les arts et la culture : le HCE veut des objectifs chiffrés

SOIS BELLE ET TAIS TOI - Après l'affaire Weinstein, c'est aussi la place des femmes dans la production culturelle qui est questionnée. Comment faire pour les rendre davantage visibles dans tous les domaines artistiques ? Dans un rapport rendu ce vendredi 16 février, le Haut conseil à l'égalité entre femmes et hommes (HCEfh) préconise d'établir des objectifs chiffrés.

Elles représentent plus de la moitié des élèves dans les écoles d’art, mais sont à peine 10% à être récompensées au sein des cérémonies de prestige. Qui sont-elles ? Les femmes, bien sûr. Alors que l’affaire Weinstein a eu le mérite de sensibiliser le monde du cinéma et au-delà aux violences sexistes et sexuelles, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) rend ce vendredi 16 février ses recommandations sur les inégalités genrées dans le monde de la culture.

Dans le monde des arts et de la culture (…) les faits de harcèlement et de violences sexistes et sexuelles sont fréquents, et s’ils ne sont (peut-être) pas plus importants qu’ailleurs, ils y sont particulièrement occultés et déniés" écrit le rapport. Un phénomène en lien, entre autres, avec une "image des femmes dans les productions culturelles" qui "oscille la plupart du temps entre stéréotypes et invisibilité" : "elles sont soit jeunes, belles et sans ambition, soit ridicules ou acariâtres voire méchantes, soit hypersexualisées, notamment dans certains jeux vidéo." Sans parler du salaire des femmes artistes qui restent, à poste égal et à compétences égales, "en moyenne 18%"  inférieur à celui des hommes.

Lire aussi

Plus de femmes dans "toutes les étapes de la production culturelle"

Alors au-delà de ce constat sans appel, le HCE formule plusieurs recommandations pour une meilleure représentation des femmes dans le monde des arts et de la culture. Et celle-ci passe, selon l’instance indépendante, par des objectifs chiffrés. Ainsi, le Haut conseil préconise "d’instaurer pour toutes les structures culturelles percevant des subventions publiques, des objectifs chiffrés obligatoires de progression (…)jusqu’à atteindre une répartition égale". Une démarche qui reviendrait à augmenter la part des femmes, sous forme de pourcentage, de 10 points lorsque le déséquilibre est fort, de 5 points dans les autres cas. Tout financement public serait alors, d’après les recommandations du HCE, modulé en fonction de l’atteinte de ces objectifs : comprendre que chaque structure s’exposerait à des bonus ou malus, en fonction de ses résultats.

De la même manière, le HCE souhaite que soient créés des "indicateurs relatifs à la place des femmes artistes (…) à toutes les étapes de la production culturelle", c’est-à-dire au niveau de la programmation et de la diffusion, des sélections en vue d’un prix ou encore dans la composition des jurys. Là encore, ces structures auraient pour objectif de faire augmenter la présence des femmes de 10 points par an lorsque la part des femmes est inférieure à 20%, de 5 points lorsque la part des femmes est comprise entre 20% et 40%.

Bientôt un Musée national de l'histoire des femmes ?

En complément, le ministère de la Culture géré par Françoise Nyssen et les chercheurs spécialisés ont du pain sur la planche. Le Haut conseil les encourage en effet à développer des initiatives visant à rendres visibles les femmes, à développer des travaux de recherche dans le but de réhabiliter la place des femmes dans l'histoire des arts. Et pourquoi pas, à financer un Musée national de l'histoire des femmes ? L'idée, au moins, est lancée.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden, le jour de l’investiture, à suivre en direct demain, dès 6h, sur LCI

EN DIRECT - Covid : l'Allemagne durcit et prolonge ses restrictions jusqu'à mi-février

Dans sa vidéo d'adieu, Donald Trump exhorte à "prier" pour le succès de l'administration Biden

La vitamine D protège-t-elle du Covid-19 ?

Non-respect du couvre-feu : les dénonciateurs rémunérés ? Des internautes tombent dans le piège

Lire et commenter