Présidentielle 2017 : Hollande pourra-t-il se targuer d'avoir inversé la courbe du chômage ?

SOCIÉTÉ
EMPLOI – Les chiffres du chômage publiés jeudi par l'Insee pour le deuxième trimestre de l’année 2016, en baisse de 0.3 point, n’ont jamais été aussi bas depuis 2012. Mais à neuf mois de l’élection présidentielle et alors que sa candidature repose sur cet aspect économique et social, le président pourra-t-il vraiment tenir sa promesse d'inversion de la courbe ?

Il a fait d'une inversion "crédible" de la courbe du chômage la condition sine qua non d’une candidature à la présidentielle de 2017, et ça va mieux sur ce front. Si le pays a enregistré une hausse de 2,6 % du nombre de personnes sans emploi (catégorie A) en 2015, force est de constater que les chiffres sont meilleurs en 2016. Selon l’Insee, après s'être stabilisé en début d'année, le taux de chômage a finalement baissé de 0,3 point au deuxième trimestre et s’établit désormais à 9,6% en France métropolitaine : ont été recensés entre avril et juin, 2,767 millions de chômeurs en métropole (-2,6% sur le trimestre et -4,6% sur l'année).

Hollande et son cheval de Troie 

Mais l'inversion de la courbe du chômage est-elle pour autant avérée ? Car si ces chiffres sont les meilleurs jamais enregistrés depuis 2012, ils sont encore loin du niveau d’avant la crise de 2008 où le taux de chômage s’établissait à 7,2%. Et à part le taux de l'Insee, les autres indicateurs de l'emploi ont marqué le pas entre avril et juin. Comme l’a souligné le président dans un livre d’entretiens dont le Point a publié les bonnes feuilles ce jeudi matin, "les gens sont lucides, ils savent que ce n'est pas sur un mois que ça se joue". A neuf mois de l’élection présidentielle donc, et alors qu’il a lié son avenir politique à elle, Hollande peut-il vraiment tenir sa promesse d'une inversion de la courbe du chômage ?

EN SAVOIR + >> Inversion de la courbe du chômage : "Je n'ai pas eu de bol", regrette Hollande

Contacté par metronews, Gilbert Cette, professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille, affirme qu’"il faut rester prudent" et que le sujet est plus complexe. Selon lui, "les chiffres du chômage sont sur-interprétés alors qu’il s’agit d’une tendance variable", non représentative de la situation économique réelle. "En dépit de ces piques que l’on observe parfois, la courbe du chômage ne s’inversera pas tant que la croissance n’aura pas repris", explique-t-il. Et les perspectives de croissance sont entachées par les récents événements comme les attentats et le Brexit . "L’émancipation du Royaume-Uni donne lieu à un contexte inédit, pouvant intimider les grandes entreprises et les investisseurs". Rien n'est gagné, donc.

A LIRE AUSSI >>  "Conversations privées avec le président" : 5 choses à retenir des confessions de François Hollande

"Cela demande du temps"

Et les formations créées, dont le président se réjoui dans le livre "Conversations privées avec le président" (Albin Michel) ? Pas moins de 500.000 chômeurs suivent des formations et se retrouvent dans la Catégorie D, selon le classement de l’Insee . "De cette façon, on allège les chiffres du chômage, juge Françoise Biel, fondatrice du cabinet de conseil Quartz et auteur  du A-Book " Au chômage ? Conseils et stratégies..." sur Atlantico éditions . C’est la cuisine interne" du gouvernement.

Pour la spécialiste, la solution pour rebooster la croissance, et donc améliorer durablement les chiffres de chômage, réside dans la refonte de l’école : "Il faut faire un travail sociologique pour améliorer la situation économique de notre pays". Selon elle, "il faut mettre une politique de formation très ambitieuse en place, en partenariat avec les entreprises. Il faut anticiper les besoins de demain, être visionnaire pour former les jeunes aux métiers émergents". En somme, Françoise Biel préconise "un travail commun" entre les entreprises, Pôle emploi et l’enseignement pour faire repartir la croissance. "Mais cela demande du temps". Et François Hollande n'en a plus beaucoup.

A LIRE AUSSI
>>  "Ça va mieux" : et si, finalement, François Hollande avait trouvé la formule magique ?

>>  Ça va mieux : le nouveau mantra de François Hollande qui fait ricaner l'opposition

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter