Primaire à droite, Trump, Brexit... Pourquoi les sondages se sont trompés

Société
EXPLICATIONS - Avec le Brexit, l’élection de Donald Trump ou encore le résultat du premier tour de la primaire de la droite, les instituts de sondages ont ces derniers mois perdu de leur crédibilité. La rédaction de TF1 s’est intéressée à la façon dont les sondages sont réalisés pour comprendre ces mauvais pronostics.

Le téléphone sonne. Votre interlocuteur vous bombarde de questions. Vous êtes en ligne avec un sondeur. Si vous répondez, vous devenez alors l’un des pions de l’échantillon représentatif de la population française. La plupart du temps, mille personnes environ sont interrogées. Parmi elles se trouvent des personnes âgées, des jeunes, des riches, des pauvres, des hommes, des femmes, etc. L’institut de sondage essaie de reproduire une petite France où chaque catégorie est représentée. Celle-ci représentera la réponse du pays entier à l’interrogation posée.

Ces populations qui bousculent les sondages

Majoritairement réalisés par téléphone il y quelques années, les sondages sont désormais presque tous numériques. Cette méthode a cependant éloigné certaines personnes des sondages : les habitants des zones rurales mal couvertes par exemple, ou encore les personnes âgées, parfois mal connectées. Celles qui le sont ne présentent pas forcément un échantillon représentatif de leur tranche d’âge. Dans le cas du Brexit, de l’élection de Donald Trump ou du premier tour de la primaire de la droite et du centre, ces populations ont pu faire toute la différence, et donc déjouer les pronostics des sondages.

Lire aussi

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter