Prime et revalorisation, le salaire des sages-femmes va augmenter en 2022

Les sages-femmes étaient en grève depuis vendredi et jusqu'à ce soir pour dénoncer, une fois encore, leurs conditions de travail. Elles ne sont plus que 23 397, et cela ne suffit pas pour faire tourner l'ensemble des services.

NÉGOCIATIONS - Le ministère de la Santé a annoncé, lundi 22 novembre, la signature d'un accord avec les syndicats hospitaliers concernant la profession de sage-femme, dont la rémunération sera notamment revalorisée de plusieurs centaines d'euros.

"On ne dit pas que c'est suffisant, mais c'est un accord d'étape qui reste positif." À quelques jours d'un troisième "weekend-noir" de grève, prévu du 26 au 29 novembre, les sages-femmes ont obtenu gain de cause. Espérant éteindre la fronde dans les maternités, le gouvernement a annoncé, lundi 22 novembre, la signature d'un protocole d'accord avec une majorité de syndicats hospitaliers. Le ministère de la Santé promet notamment une nouvelle revalorisation de leurs salaires, qui atteindra une augmentation de près de 500 euros nets par mois depuis un an. 

Après "un long travail de concertation" et des mois de négociations, les ministres de la Santé, de la Fonction publique et de la Familles ont salué dans un communiqué les "avancées importantes" de ce document paraphé par Force ouvrière, la CFDT et l'Unsa, ainsi que la Fédération hospitalière de France (FHF) côté employeurs.

Lire aussi

Une revalorisation de 183 euros était déjà versée depuis le Ségur de la Santé fin 2020. Viendront désormais s'y ajouter une "prime d'exercice médical" de 240 euros nets par mois à partir de février, puis une augmentation salariale de 78 euros net en moyenne à partir de mars pour les sages-femmes des hôpitaux publics, qu'elles soient titulaires ou contractuelles.

100 millions d'euros pour la revalorisation

À cette rallonge s'ajoutent aussi d'autres concessions sur les avancements de carrière à l'hôpital. Les taux de promotions resteront notamment doublés jusqu'en 2024. La Sécurité sociale financera également la revalorisation pour les sages-femmes du secteur privé, et possiblement du secteur libéral. Au bout du compte, l'exécutif fait valoir "un engagement de 100 millions d'euros en 2022" et accepte en outre d'allonger les études des futures sages-femmes, de cinq à six ans à partir de la promotion 2022.

Une victoire pour la profession. Entre-temps, la profession s'est mobilisée à l'occasion d'une journée de manifestations début octobre - la sixième cette année - et de deux week-ends de grève, portés par la plupart des organisations. Le protocole vient cependant couper en deux le cordon syndical juste avant un nouveau "week-end noir", à l'appel de l'ONSSF (catégoriel) et avec l'appui de la CGT qui a déposé un préavis pour couvrir le mouvement. Chez les signataires, "on va signer parce qu'il y a quand même des avancées, même si on reste sur notre faim", affirme Jean-Claude Stutz (Unsa), estimant qu'"il ne faut pas que le gouvernement pense qu'il est débarrassé du problème". Gilles Gadier (FO) entend "continuer à travailler" sur le statut et les effectifs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : en Allemagne, un premier cas suspect de variant Omicron détecté

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : bars, trains, métro... les principaux lieux de contamination identifiés par une nouvelle étude

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.