Prisons : la population carcérale française atteint des sommets

Prisons : la population carcérale française atteint des sommets
SOCIÉTÉ

TRISTE RECORD – Avec 69.430 personnes incarcérées, le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint au mois de mars son plus haut niveau historique.

C’est plus que jamais un sujet de société, et même de débat politique en pleine campagne présidentielle. Le nombre de détenus dans les prisons françaises a atteint au 1er mars un nouveau record avec 69.430 personnes incarcérées, selon les chiffres du ministère de la Justice. Le précédent record - 69.375 détenus - remontait à juillet 2016. Sur une année complète, par rapport à mars 2016 donc, cela représente une hausse de 2,7%. 

Problème : dans le même temps, le nombre de places dites "opérationnelles" a diminué de 0,3% (soit environ 200), pour s’établir à 58.664 places. Un nombre auxquels il faut ajouter les matelas directement posés au sol, sur lesquels 1822 détenus ont été installés.

Quatre établissements à plus de 200% de leurs capacités

Quatre établissements symbolisent particulièrement l’engluement des prisons hexagonales puisque tous abritent en leur sein plus de deux fois plus de détenus  que de places disponibles. Il s’agit du quartier maison d’arrêt (253,7%) et du quartier centre de détention (218%) de Faa’a Nuutania, en Polynésie française, de la maison d’arrêt de Nîmes (214%) et du centre de semi-liberté de Gagny (212,5%). 

Mais si ces derniers représentent les records absolus, il faut noter qu’une large majorité des prisons françaises dépassent allègrement leurs capacités. Pour preuve, 97 établissements ont une densité carcérale supérieure à 120%. Parmi eux, beaucoup ont même un taux d’occupation supérieur à 150%. 

Lire aussi

En vidéo

Travail en prison : quand les détenus deviennent menuisiers

Ce que proposent les candidats

Ce triste record intervient donc en pleine campagne présidentielle alors que les principaux candidats ont pris position sur cette thématique. Certains, à l’instar de François Fillon (LR) ou de Marine Le Pen (FN), défendent la construction de nouvelles prisons, tandis que d’autres, comme Benoît Hamon (PS) ou Jean Luc Mélenchon (La France Insoumise), appellent à sortir du tout carcéral. 

Emmanuel Macron tente de son côté une synthèse en prônant de nouvelles places, des alternatives à la détention mais aussi une "réelle exécution des peines". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent