Prix de la viande : qui gagne quoi ?

SOCIÉTÉ

DÉCRYPTAGE – Les prix de la viande alimentent la colère des éleveurs, qui les jugent insuffisants et accusent les intermédiaires de faire leur marge sur leur dos. Pour y voir plus clair, metronews a décomposé le prix d'un kilo de viande acheté en grande surface.

La grogne des éleveurs ne cesse de s'étendre en France. Au point de pousser le gouvernement à présenter mercredi un plan d'urgence en Conseil des ministres. Affirmant être au bord de l'asphyxie, les manifestants réclament des prix plus élevés et pointent du doigt les intermédiaires, notamment la grande distribution. "Depuis la création en 2011 de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, chaque maillon a conservé ses marges au détriment des producteurs", dénonce ainsi Emmanuel Barrau, secrétaire général de la FNSEA.

Mais qu'en est-il vraiment ? Les données de l'observatoire et le rapport de son président , Philippe Chalmain, présenté au Parlement en avril dernier, permet d'y voir plus clair. Et force est de constater que les critiques des éleveurs ne sont pas infondées...

EN SAVOIR +
>> Visiter le Mont-Saint-Michel, mission pas tout à fait impossible
>> Pourquoi le plan de Le Foll ne réglera pas à la crise

La viande de porc

Sur ce graphique, on s'aperçoit que le prix moyen du kilo de longe de porc (côtes et rôtis) a légèrement baissé entre 2013 et 2014, passant de 6,97 à 6,88€. Sauf que cette baisse n'a été reportée que sur le "coût d'achat entrée abattoir", c'est-à-dire la part revenant à l'éleveur, qui perd ainsi 18 centimes par kilo sur un an, pour un total de 2,50 €. En revanche, la marge brute des Grandes et moyennes surfaces (GMS) se maintient à 3,39 € (-1 cent) ainsi que celle des abattoirs qui, mieux, augmente de 9 centimes pour atteindre 0,63 €. 

"En 2014, le prix au détail reste quasi stable [par rapport à 2013] alors que le coût d’achat entrée abattoir diminue et les trois maillons de l’aval améliorent leurs marges brutes", indique le rapport Chalmain. Les intermédiaires ont donc accru leurs marges brutes, encore une fois aux dépens des producteurs qui perdent 14 centimes à 3,46 € alors que par exemple, les GMS gagnent 15 centimes pour atteindre 4,32 €. La part des abattoirs augmente également de 15 centimes et s'établit à 0,87 € quand celle de la charcuterie est en hausse de 6 centimes à 1,82 €.

La viande de bœuf

Comme pour le porc, les éleveurs sont les seuls à ne pas profiter de la hausse du prix du kilo de viande bovine (de 7,82 à 7,85 €/kg). Ils voient même leur marge se réduire de plus de 30 centimes, passant ainsi de 4,04 à 3,71 €. La marge brute des GMS gagne elle 28 centimes, passant de 1,81 à 2,09 €.

EN SAVOIR +
>>  Crise des éleveurs : François Hollande annonce un plan d'urgence
>>  Éleveurs : Caen est toujours bloquée

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter